×
Publié le
29 juin 2012
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Inditex met en avant sa rigueur dans la sélection de ses fournisseurs

Publié le
29 juin 2012

En 2011, près de 1 500 sous-traitants ont travaillé pour Inditex à travers le monde sur des commandes supérieures à 20 000 pièces par an. Par rapport à 2010, un tiers d’entre eux avait été renouvelé. Mais, courant 2011, le groupe galicien a procédé à l’audit de nombre de ses sous-traitants. Et a constaté, au 31 janvier 2012, que 92 ne répondaient pas à son code de conduite. Les deux tiers d’entre eux se situent en Asie, mais il faut préciser que c’est sur ce continent que se situe le plus important contingent de sous-traitants d’Inditex. Et que plus de la moitié des 2379 audits ont été réalisés sur ce continent.


Inditex met en place des clusters au niveau mondial. Photos Inditex


Le groupe s’est séparé de ces acteurs peu fiables. Dans le détail, il en comptait cinq sur 127 partenaires en Afrique, deux sur 66 en Amérique, 61 sur 686 en Asie, quatre sur 134 en Europe extra-communautaire et 20 sur 477 dans l’Union Européenne. Au passage, on note que l’Europe compte 587 prestataires pour 625 en Asie.

Le groupe a mis en place 7 clusters d'entreprises pour permettre une meilleure diffusion de ses pratiques et respect de ses engagements. Inditex possède des équipes pour juger du respect de la responsabilité sociale des entreprises partenaires en Inde, au Bangladesh, en Turquie, en Chine, au Maroc mais aussi au Brésil, au Portugal et en Espagne.

Il estime que plus de 88% des sous-traitants répondent totalement ou quasi totalement à ses exigences en matière de sécurité, de management ou de consommation de ressources. Des objectifs qui vont dans le sens du rattachement du groupe au groupement créé par les acteurs du secteur baptisé Sustainable Apparel Coalition (SAC). Celui-ci demande à ses membres (Adidas, Pentland Brands, Otto Group, Nike, VF Corp…) d’afficher leur volonté, par exemple d’utiliser moins d'eau, moins d'énergie et de réduire les déchets produits. Une initiative qui doit cependant encore faire ses preuves et n’a pas encore convaincu les ONG qui observent le secteur.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com