×
Publié le
31 mai 2013
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Ines de la Fressange: le tour de table qui veut relancer la marque

Publié le
31 mai 2013

Ines de la Fressange, la marque, a connu une histoire tourmentée. Celle-ci connaît depuis le 29 mai dernier un nouveau rebondissement avec un changement de propriétaire. François-Louis Vuitton, qui avait acquis la marque en 1993 avant de cesser quelques années plus tard la collaboration avec la top qui l'avait fondée, a ainsi vendu ses parts à un nouvel attelage constitué d'un pool d'investisseurs privés et de deux fonds.

A gauche, Fabrice Boé (DR), à droite, Inès de la Fressange (AFP)


Figurent ainsi en premier lieu parmi les actionnaires le nouveau duo exécutif de la marque Ines de la Fressange: Fabrice Boé (ex-Prisma Presse, Lancôme, Hermès, L'Oréal) qui s'est chargé de constituer ce tour de table et qui devient PDG de la nouvelle entité, et donc Inès de la Fressange elle-même, qui, si elle possédait encore quelques parts, a désormais une participation "significative" selon le nouveau dirigeant. L'ancienne top revient donc au sein de la société éponyme pour laquelle elle supervisera à la fois la direction artistique, le développement des licences mais aussi les relations publiques.

Le pool d'investisseurs privés auquel ils appartiennent et qui pèse pour 70% du capital compte également dans ses rangs Gonzague de Blignières (Equistone Partners), Christophe Chenut (L’Opinion, ex-­Lacoste), Didier Quillot (Coyote, ex-­‐Lagardère médias), Geoffroy Roux de Bézieux (Virgin Mobile), Antoine Vignial (Saint Gobain) et Christophe Cuvillier (Unibail-­Rodamco).

A leurs côtés, pour les 30% restants, ont également investi dans cette reprise deux fonds: le fonds de placement Calao Finance, d'abord, et à hauteur plus stratégique le Luxury Fund, basé à Dubaï, investissant discrètement sur le secteur du luxe, comme son nom l'indique.

Ce nouveau tour de table entend relancer la marque, avec toutefois toujours les conseils de l'ancien propriétaire François-Louis Vuitton. Ines de la Fressange gardera son cap stratégique de développement sous licences et entame une réflexion sur la quinzaine de partenariats déjà existants, principalement dans le domaine de l'accessoire.

Outre la bougie, le bijou, la maroquinerie ou la bagagerie avaient été récemment signés notamment une licence nightwear avec Le Chat Lingerie et chaussures avec JB Martin. Comme le précédent propriétaire, les nouveaux investisseurs donnent la priorité à un retour du prêt-à-porter, et comptent mettre l'accent sur la notoriété du nom à l'international et le potentiel qui en découle, le tout sur un positionnement décrit comme un "luxe ouvert".

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com