×
Par
AFP
Publié le
25 juil. 2016
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Interparfums : les ventes bondissent de 12,3 % au 2e trimestre, grâce à Montblanc et Jimmy Choo

Par
AFP
Publié le
25 juil. 2016

Interparfums, groupe français de conception et de commercialisation de parfums sous licence, a publié lundi soir un chiffre d'affaires en hausse de 12,3 %, grâce à ses fers de lance Montblanc et Jimmy Choo, et maintenu ses objectifs annuels.


Interparfums


Le groupe prévoit toujours de réaliser un chiffre d'affaires annuel de 340 millions d'euros, pour une marge opérationnelle entre 12 et 13 %, selon un communiqué.

Au deuxième trimestre, le chiffre d'affaires a totalisé 78,6 millions d'euros, dont 45 % issues des ventes des parfums Montblanc et Jimmy Choo, tous deux en forte croissance à deux chiffres sur un an. Ces deux marques devraient représenter plus de la moitié du chiffre d'affaires du groupe cette année, selon Interparfums.

Le groupe mise également sur le développement des parfums Rochas, qu'il a rachetés l'an dernier avec l'intention de les relancer. Ces derniers ont réalisé 7,9 millions d'euros de ventes au deuxième trimestre.

Le lancement progressif à partir de fin août de la première ligne de parfums sous la marque du maroquinier new-yorkaise Coach, dont Interparfums a acquis la licence l'an dernier, est également pressenti comme un important relais de croissance à l'avenir.

Interparfums espère générer 12 millions d'euros de ventes avec les parfums Coach dès le second semestre. A terme, Coach comptera parmi les trois parfums les plus rentables du groupe, a assuré lundi Philippe Benacin, PDG d'Interparfums, lors d'un point presse.

Les autres marques du portefeuille sont plus à la peine, ou connaissent un succès limité à un marché précis, comme Repetto en France ou Paul Smith au Royaume-Uni. Les parfums Lanvin souffrent toujours sur ses deux marchés phare, la Russie et la Chine, et la marque Karl Lagerfeld continue de décliner.

« Karl Lagerfeld est un super designer, mais ce n'est pas une marque », a estimé Philippe Benacin. Interparfums tentera de relancer ses parfums l'an prochain en reléguant le nom du grand couturier au second plan, a-t-il précisé.

Plus généralement, Interparfums évolue dans « un environnement mondial toujours aussi difficile sur les plans économiques, géopolitiques et monétaires », en particulier en Europe de l'Est, au Moyen Orient et en Amérique du Sud, a rappelé son PDG.

Par ailleurs, avec la concentration mondiale des acteurs des ventes au détail en parfumerie, il est aujourd'hui « compliqué » d'écouler des petites et moyennes marques, les gros détaillants préférant se concentrer sur les parfums les plus demandés, a-t-il encore estimé.

Interparfums doit publier ses résultats financiers du premier semestre le 7 septembre.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.