×
Par
AFP
Publié le
7 nov. 2012
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Italie: le fisc s'attaque au principal groupe textile du pays

Par
AFP
Publié le
7 nov. 2012

© 2012 AFP - La police financière italienne a annoncé lundi la mise sous séquestre, dans le cadre d'une enquête pour fraude fiscale, de biens d'une valeur de 65 millions d'euros appartenant à la famille Marzotto, à la tête d'un empire textile en Italie.

Treize personnes, dont cinq membres de la famille Marzotto et des représentants au conseil d'administration du groupe, sont impliqués dans cette enquête menée par le parquet de Milan, selon un communiqué. Les soupçons de la police concernent la vente à la fin des années 2000, par le groupe Marzotto, du groupe de mode Valentino Fashion au fonds européen Permira.

La fraude remonterait à la cession de Valentino Fashion au fonds Permira (ici, défilé printemps-été 2013 de la griffe, photo Pixel Formula)

Selon les enquêteurs, le groupe Marzotto, qui a effectué cette vente à travers une société basée au Luxembourg, aurait dû payer des impôts pour un montant de 65 millions d'euros en raison d'une plus-value de quelque 200 millions d'euros. "Les résultats des recherches permettent d'affirmer que cette société était fiscalement domiciliée sur le territoire national", indique un communiqué de la police.

Le groupe Marzotto est un des leaders mondiaux dans le secteur du textile et il produit de la laine, du coton, du lin ou de la soie pour de nombreuses marques de luxe.

Les biens mis sous séquestre sont essentiellement des biens immobiliers, dont un chalet à Cortina D'Ampezzo, la célèbre station de ski du nord de l'Italie, et d'autres habitations à Rome.

Le groupe n'était pas joignable dans l'immédiat pour commenter cette décision de justice.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.