×
Publicités
Publié le
4 sept. 2013
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Ittierre: vers une vaste restructuration

Publié le
4 sept. 2013

Touché par la crise, le groupe textile italien Ittierre cherche des solutions pour se relancer. Mardi (3 septembre) Antonio Bianchi, le patron du groupe de lingerie Albisetti, qui a racheté début 2011 cette entreprise spécialisée dans la production de marques en licence, a été convoqué auprès du ministère du Développement économique pour faire le point sur la situation, en présence notamment des instances locales de Pettoranello et de la région du Molise, dans le sud de l’Italie, où se trouve implanté le fabricant. Au cours de cette réunion, le groupe Albisetti a annoncé qu’il allait présenter un nouveau plan industriel avec à la clé une restructuration de l’entreprise et l’entrée d’un nouveau partenaire à ses côtés.

Les employés de Ittierre en grève devant le site de Pettoranello fin juillet


"Nous avons l’intention de restructurer en profondeur l’entreprise afin de la rendre plus compétitive. Une société comme la nôtre, avec un chiffre d’affaires autour de 126 millions d’euros, ne peut se permettre 700 employés. L’idée est donc, en accord avec le ministère du Développement économique, de réduire les effectifs de moitié. Nous sommes actuellement en discussion avec divers entrepreneurs pour chercher un partenaire qui puisse nous épauler dans ce projet de relance", explique Antonio Bianchi.

Une nouvelle réunion, qui s’annonce décisive, a été convoquée par le ministère le 18 septembre. L’arrivée d’un nouveau partenaire n’exclut pas par ailleurs la mise en place d’une procédure de concordat préventif, qui permettrait à Ittierre de rester opérationnelle tout en protégeant ses actifs face aux créditeurs.

Dans l’optique de cette restructuration, le fabricant est en train de revoir son portefeuille de licences et envisage de ne pas renouveler certains contrats, considérés comme moins rentables, afin d’équilibrer ses comptes. En juin dernier, avait déjà été annoncé le divorce avec Costume National et C’N’C Costume National. La prochaine rupture concerne Karl Lagerfeld. "Nous avons défini cette décision de manière consensuelle. En revanche en ce qui concerne le renouvellement de la licence GF Ferré nous sommes actuellement en discussion", indique Antonio Bianchi.

Le groupe, qui avait multiplié les accords ces deux dernières années avec une dizaine de marques, semble avoir des difficultés d’organisation. Différentes griffes pointent "la gestion chaotique" et "les retards dans les livraisons".

"Désormais nous allons nous focaliser sur les licences de Pierre Balmain, Jean Paul Gaultier homme et sa deuxième ligne, les deux lignes de John Galliano, Aquascutum et Guy Laroche, tout en continuant notre activité de production avec d’autres marques telles Tommy Hilfiger et Thierry Mugler", souligne l'entrepreneur.

Depuis le début de l’année la tension n’a cessé de monter entre les nouveaux propriétaires et les employés d’Ittierre, qui contestent la mise au chômage technique, le retard dans le paiement des salaires et surtout "l’absence d’un plan industriel permettant la relance de l’entreprise sans faire appel continuellement aux subventions publiques", comme l’écrivaient certains d'entre eux lors de leur grève fin juillet sur Facebook.

"Nous pensions que Ittierre devait avoir aussi un rôle social et que les institutions locales nous soutiendraient. Faute de soutien de la part de la politique, nous devons suivre la logique des entreprises privées", conclut Antonio Bianchi.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2023 FashionNetwork.com