×
7 215
Fashion Jobs

Jacques Mouclier, à nouveau président de la Confédération Française des Métiers d’Art

Publié le
today 9 mars 2011
Temps de lecture
access_time 2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Réuni le 8 mars dernier, le Conseil de la Confédération a établi son nouvel organigramme. A plus de 80 ans, Jacques Mouclier, initiateur de la Fédération Française de la couture et du prêt-à-porter et actuel président d'honneur de la Chambre Syndicale de la Haute Couture, reprend la présidence de la CFMA. Un retour balisé selon lui, "pour six mois, le temps nécessaire pour passer au mieux le relais".

Jacques Mouclier, Métiers d’Art
Monique Raymond, Jacques Mouclier et Bernard Danillon de Cazella, 2008, clôture de la Fashion Week parisienne automne-hiver 2008/2009

Dans le même temps, le Conseil a nommé Anne Midavaine vice-présidente déléguée. Elle sera en charge de la dimension opérationnelle de la refonte de la CFMA. Elle sera secondée dans ses fonctions par Matthieu Rosy, confirmé dans sa fonction de secrétaire général. Enfin Mick Fouriscot est désormais la vice-présidente trésorière de la Confédération.

Fondée il y a plus de cinquante ans, la CFMA souhaite dans les prochains mois "bâtir un projet de fond" autour de trois principaux axes: le financement pour les jeunes (et moins jeunes) talents qui sera chapeauté par Matthieu Rosy, la formation, et notamment l’apprentissage, confiée à Anne Midavaine, enfin la fiscalité, entre les mains du président. Père du crédit d’impôt création mis en place il y a trois ans, Jacques Mouclier a de nouveaux projets en tête, notamment le "bouclier social". Conçu dans son principe sur la même base que le bouclier fiscal dédié aux particuliers, le bouclier social viserait un seuil de taxation (aux alentours de 40%) pour les charges sociales qu’une entreprise ne pourrait pas dépasser.

A l’heure de la "chasse" aux niches fiscales, selon le gouvernement, l’idée pourrait contrarier. Reste que nombreuses sont les petites PME, et notamment dans le secteur de l’artisanat d’art, à demander depuis de nombreuses années un allègement au niveau des charges sociales. Contrairement à l’Allemagne où les pouvoirs publics, via de nombreux relais locaux dans les lander (région fédérale), soutiennent concrètement (apport financier ou allègement fiscal) les entreprises de l’art, la France fait figure de mauvais élève. Et pour tester le "bouclier social", Jacques Mouclier souhaite pour commencer, l’appliquer aux entreprises du patrimoine vivant.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com