×
Publicités
Publié le
6 janv. 2014
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Jane Reeve (DG Camera Moda): " Ma mission est très claire: faire briller la mode italienne dans le monde !"

Publié le
6 janv. 2014

Depuis le 2 janvier, Jane Reeve a pris officiellement ses fonctions d’administrateur délégué de la Camera Nazionale della Moda Italiana (CNMI). La manager d’origine anglaise, résidente dans la Péninsule depuis 26 ans, dirigeait auparavant la filiale italienne de l’agence publicitaire américaine JWT. Premier directeur général dans l’histoire de la Chambre de la mode transalpine, Jane Reeve démarre aujourd’hui sa première tournée dans le "fashion system" avec une première étape au salon florentin Pitti Uomo, et dévoile son programme pour relancer la mode italienne.

Jane Reeve, DG de la Camera della Moda


FashionMag: Milan a perdu du terrain par rapport aux autres capitales de la mode. Selon vous, quelles sont les priorités à affronter ?
Jane Reeve: Ma mission est très claire: faire briller la mode italienne dans le monde ! Je dois apporter à mes clients ma vision de manager et aider tous les acteurs du système à optimiser leurs activités. La Camera della Moda a lancé de nombreuses initiatives dans le passé, mais sans jamais réussir vraiment à communiquer sur le travail effectué. L’objectif, aujourd’hui, est de valoriser davantage le système en utilisant tous les outils de communication, et notamment le numérique, pour projeter l’image de la mode italienne dans le monde entier. Il faut intensifier, par ailleurs, les relations avec le gouvernement, faire du lobbying afin d’obtenir des défiscalisations et un plus grand support.

FM: Quelle stratégie allez-vous mettre en place?

JR: L'idée est de se focaliser sur trois points clé. Le premier concerne l'innovation avec un département dédié au numérique et aux technologies. Nous devons tirer parti des nouvelles technologies et du web pour donner un nouveau souffle à l'ensemble du secteur, avec des priorités précises. Le deuxième point se concentre sur les jeunes, qui représentent le futur. Nous devons leur donner un réel soutien, en cherchant les nouveaux talents dans les écoles, en les aidant à grandir, mais aussi à rester en Italie. La Chambre de la mode peut donner plus de visibilité aux jeunes et défendre leurs intérêts auprès du gouvernement. L'autre question importante concerne l'internationalisation. Nous devons aider, en particulier, les petites et moyennes entreprises, moins structurées que les grandes marques, à se développer et s'étendre à l'étranger. Avec nos experts, nous pouvons leur servir de 'facilitateur'.

FM: Concrètement quels seront vos premiers chantiers?
JR: Nous allons nous pencher tout d’abord sur l’image, en créant une plate-forme numérique très performante, conçue à la fois pour fournir des services et pour mieux utiliser les réseaux sociaux. Il sera important également de travailler en équipe et d'élargir notre vision. L'excellence italienne ne se réduit pas seulement à la mode. Il y a aussi l'art, le design, la gastronomie... Il est nécessaire de stimuler cette créativité en nous alliant avec les autres institutions, telles Altagamma, qui réunit les grands noms du luxe italien, Cosmit, l’organiseur du salon du meuble à Milan, ou encore la ville de Milan et le gouvernement. En janvier est déjà prévue, à ce titre, une rencontre avec le chef du gouvernement italien Enrico Letta.

FM: Comment comptez-vous dépoussiérer l’image de la Camera della Moda pour la rendre plus sexy ?
JR: Je suis une femme, je suis jeune et j’adore m’habiller!

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com