×
Publicités
Publié le
12 sept. 2017
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

JD Sports délivre un premier semestre solide

Publié le
12 sept. 2017

Certains analystes s'interrogeaient sur les résultats de JD Sports au premier semestre. Le ralentissement de l'intérêt des consommateurs pour des modèles de sneakers phare et l'annonce de l'arrivée de Nike sur Amazon pouvaient ébranler l'activité du groupe britannique, propriétaire des enseignes JD Sports et Size?.

Le groupe voit ses ventes continuer de progresser - JD Sports


Alors, JD Sports a-t-il été pénalisé par ce contexte ? La réponse est clairement non. Sur les 26 semaines jusqu'au 29 juillet, son chiffre d'affaires a progressé de 41 %, à 1,637 milliard de livres, et son résultat opérationnel a bondi de 33 %, à 103 millions.

Le seul nuage à l'horizon était un recul de sa marge brute de 48,1 % l'an passé pour la même période, à 47,4 % cette année, mais cela reflétait la faiblesse de la livre sterling après le vote pour le Brexit. Et, fait important, il semble qu'il n'y ait pas eu de ralentissement dans les premiers mois du second semestre avec des ventes continuant « à des niveaux similaires à ceux du début d'année, soutenant notre confiance continue dans la robustesse de la proposition JD ». La société annonce s'attendre à des résultats annuels au-delà des attentes du marché.

La croissance du groupe s'appuie en particulier sur le développement de son réseau avec 12 magasins en plus en Grande-Bretagne, ses trois premières boutiques en Australie et 23 nouveaux emplacements en Europe continentale, et en particulier en France. Le groupe explique aussi avoir enregistré de belles performances avec son enseigne Sprinter en Espagne. Et finalise la refonte de son portfolio d'enseignes aux Pays-Bas avec Sports Unlimited Retail, Aktiesport et Pery Sport.

Le volet Sport Fashion reste le segment majeur du groupe avec un chiffre d'affaires de 1,17 milliard de livre et un résultat opérationnel de 103 millions. Le volet Outdoor, qui pèse près de 197 millions de livres, peine à atteindre la rentabilité.

Peter Cowgill, président exécutif du groupe, a souligné que la base de l'activité du groupe restait son réseau sport et lifestyle en Grande-Bretagne et en Irlande, mais que « nous avons renforcé nos fondamentaux par une progression à la fois internationale et en ligne, de sorte que les enseignes du groupe disposent désormais d'une portée beaucoup plus grande ».

Le groupe explique que sa réponse apportée aux tendances est une clé de sa différenciation, notamment grâce à des accords avec des marques « en constante révision ». Sur le dernier semestre, il a ainsi proposé de nouvelles gammes de produits de chez Tommy Hilfiger et Calvin Klein. De tels lancements permettent de dynamiser l'activité, même si les marques semblent avoir proposé moins de nouveauté avec l'entreprise, glissant avoir vu un « relatif manque de nouveaux modèles pendant la période ».

Ces lancements ont aidé à réaliser des progressions en comparable de 3 % sur la Grande-Bretagne et l'Irlande, et 7 % sur l'Europe continentale à taux de change constant. Et les lancements de produits semblent aussi avoir poussé les ventes en ligne avec celles-ci, représentant 13,7 % des ventes contre 11,1 % un an plus tôt en Grande-Bretagne et Irlande. Voilà aussi pourquoi la société continue d'investir dans le digital et le mobile.

Pour le second semestre, le groupe prévoit une nouvelle expansion de son parc de magasins. Il a déjà ouvert un nouveau magasin australien et table sur de nouveau plus de 20 magasins en Europe continentale.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com