×
Publié le
4 oct. 2012
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Jean-Marc Loubier: "les codes d'une marque n’ont d’intérêt que si on les interprète"

Publié le
4 oct. 2012

Le président de Fung Brands, qui a racheté le maroquinier Delvaux, Robert Clergerie et Sonia Rykiel, évoque ici l'actualité de ces marques, à l'occasion de l'inauguration de la boutique Robert Clergerie rie de Grenelle à Paris.

FashionMag.com: Clergerie remplace Rykiel chaussures rue de Grenelle et la boutique Delvaux accueille du Clergerie à Bruxelles. N’investissez-vous que dans des univers fusionnels ?
Jean-Marc Loubier: Tout d’abord, chaque investissement se justifie par un certain nombre de facteurs: la vérité d’une marque, sa stratégie, son image et son identité. Il existe ensuite des passerelles entre les maisons du groupe, il ne tient qu’à nous de les emprunter. Dans le cas de Robert Clergerie, la marque possède une usine du côté de Romans. A cinquante kilomètres de là, se trouve l’unité de production française de Delvaux, à Bourg Argental. Le directeur technique des opérations de Delvaux vient régulièrement aider et soutenir l’organisation de la production de l’usine Clergerie, ou conseiller les équipes sur le plan technique ou administratif par exemple.


DR


FM: Vous avez récemment nommé chez Sonia Rykiel un nouveau directeur de la création. Va-t-on voir la maison s’affranchir de ses codes d’origine ?
JML: Pas du tout, au contraire. Si l’on achète une marque, c’est bien parce que ses codes nous parlent. Mais les codes n’ont d’intérêt que si vous les interprétez. C’est la mission de Geraldo da Conceicao qui nous donne rendez-vous en mars prochain. Nous avons, comme vous le savez, de grandes ambitions pour cette marque qui a un nouveau patron, Eric Langon, une nouvelle équipe commerciale et une nouvelle équipe de communication. Ensemble, nous allons réinscrire la griffe dans l’époque.

FM: Ce concept sera-t-il appliqué à d’autres boutiques par la suite ?
JML: Notre but est avant tout d’éviter de dupliquer un développement tel qu’il s’est pratiqué depuis une trentaine d’années, avec des boutiques très belles mais qui finissent par toutes se ressembler. Nous entamons aujourd’hui avec des marques comme les nôtres un nouveau chemin de croissance. Celui-ci passe par des collections fortes bien sûr, mais surtout des magasins qui se démarquent les uns des autres, avec pour chacun une offre adaptée. Il n’est plus question de collectionner des boutiques identiques, mais d'investir des points de vente customisés selon les spécificités du lieu.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com