×
6 655
Fashion Jobs
keyboard_arrow_left
keyboard_arrow_right

Jean Paul Gaultier en zone de turbulences

Publié le
today 14 mai 2014
Temps de lecture
access_time 2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Jean Paul Gaultier a confié sa direction générale à Sophie Waintraub, en poste depuis le mois de mars dernier. Christine Chapellu, recrutée en 2013 au même poste, a quitté la société il y a plusieurs mois, pour des raisons personnelles. Sophie Waintraub travaille dans la société Jean Paul Gaultier depuis 2009 et occupait le poste de directrice financière au moment de son rachat par le groupe catalan Puig.


Les projets de ligne streetwear pour homme et femme, annoncés en 2012, seraient toujours d'actualité selon un porte-parole de la maison, sans avancer de date. Les lancements de ces secondes lignes ont été mis en suspend depuis la faillite financière de la société italienne Ittierre, un ex-prestataire de Gaultier qui n'a pu honorer ses différents contrats de production l'an dernier. Mais une annonce pourrait survenir dès la rentrée prochaine.

Gibo remplace Ittierre pour l'homme
Depuis la crise d'Ittierre, les accords noués en 2012 concernant la production de la ligne homme de Jean Paul Gaultier ont été annulés. Les collections menswear sont désormais confectionnées par son partenaire italien Gibo, avec qui Gaultier a signé en 2012 un accord de production pour son prêt-à-porter. Gibo produit notamment le menswear Roberto Cavalli, le prêt-à-porter Joseph, Jil Sander ou encore Michael Kors.

Même si l'homme Jean Paul Gaultier ne défile plus depuis plusieurs saisons, les présentations ont été maintenues. Toutefois, la diffusion de la collection été 2014 a semble-t-il été réduite à quelques pièces, disponibles uniquement dans la boutique de la rue Vivienne à Paris. L'équipe commerciale a été renouvelée la saison dernière, suite au départ d'Eric Rousseau. Désormais, les campagnes de vente sont pilotées par Jérôme Commergnat.

L'objectif de Puig, propriétaire de Jean Paul Gaultier, est d'atteindre la rentabilité d'ici à 2016. Le dernier exercice connu de la griffe - celui de 2012 - fait état d'un résultat net négatif de près de 5 millions d'euros pour une vingtaine de millions d'euros de chiffre d'affaires.

La licence beauté de Jean Paul Gaultier, qui diffuse plusieurs bestsellers mondiaux, est convoitée à raison par Puig, dont l'activité principale et historique est la beauté, justement. Shiseido, propriété du groupe BPI (Beauté Prestige International), va conserver l'exploitation de cette licence... jusqu'à 2016. Un rachat de la licence pourrait aider Puig à atteindre son objectif.


Florent Gilles & Jean-Paul Leroy

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com