×
Par
AFP
Publié le
17 mars 2014
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Jimmy Choo: les propriétaires envisagent une introduction en Bourse

Par
AFP
Publié le
17 mars 2014

PARIS, 17 mars 2014 (AFP) - La société d'investissement suisse Labelux réfléchit à une possible entrée en Bourse du chausseur de luxe Jimmy Choo pour lever les fonds nécessaires au financement de la croissance de l'entreprise, affirme lundi le quotidien économique Financial Times.

Collection Croisième 2014 signée Jimmy Choo.

L'opération pourrait se faire sur la base d'une valorisation de Jimmy Choo de l'ordre du milliard de livres, ajoute le journal.

Jimmy Choo avait été racheté par Labelux en mai 2011 pour un prix à l'époque chiffré à environ 500 millions de livres par la presse économique.

La société avait été fondée il y 18 ans par le designer d'origine malaisienne Jimmy Choo et une éditrice du magazine de mode Vogue Tamara Mellon.

La société britannique avait été cédée à des fonds d'investissements dès 2001 et était contrôlée à 83% par le groupe TowerBrook depuis 2007, avant d'être reprise par Labelux.

Labelux n'a pas pris de décision définitive et entend en tout état de cause conserver le contrôle de Jimmy Choo, ajoute une personne dossier citée par le journal.

Labelux est la société d'investissement dans le luxe fondée par la famille allemande Reimann, qui a fait fortune avec les produits ménagers Reckitt Benckiser et possède aujourd'hui le parfumeur américain Coty et les cafés D.E. Master Blenders (la Maison du Café).

Labelux détient en portefeuille les chaussures Bally et des marques moins connues comme Derek Lam, Solange Azagury-Partridge et Zagliani.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.