×
Publicités
Auteur :
Publié le
13 juin 2012
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Johan Munck: "Nous pouvons doubler le nombre de succursales"

Auteur :
Publié le
13 juin 2012

Johan Munck
Johan Munck
Johan Munck, ex-New Look et Celio, a rejoint Esprit France en 2011 pour piloter le retail. A l’occasion de l’inauguration aujourd’hui du flagship de Toulouse (670 mètres carrés), il fait le point sur le marché français.

FashionMag.com: Comment se déroule votre feuille de route ?
Johan Munck: En septembre, le groupe avait présenté un plan de relance. Le produit est un axe important du redéploiement d’Esprit vers une vraie marque lifestyle. Ceci a été accompagné d’une grande campagne. Puis, viennent les magasins avec un environnement plus chaleureux et un personnel mieux formé. Et c’est la même chose pour les succursales et les franchises, les clients ne voyant pas la différence.

FM: Il y a eu pourtant des fermetures en France ?
JM: Dans notre travail, on a été obligé de fermer des succursales. Nous en avions à mon arrivée 44 en France (dont deux outlets). D’ici à fin 2012, nous aurons fermé 12 magasins. Ont été concernés les points de vente de Rosny 2, Carrousel du Louvre, Sky Ouest. Ce mois-ci, nous fermons les magasins dans les centres Bercy 2 et Carré Sénart. Nous fermons en raison de plusieurs facteurs, notamment la fréquentation ou alors les conditions d’implantation négociées à l’époque qui ne sont plus défendables aujourd’hui.

FM: Vous ouvrez à Toulouse. Avez-vous d’autres projets signés ?
JM: Après Toulouse, nous ouvrons à Avignon en septembre (à la place d’Etam, sur 600 mètres carrés). Notre stratégie est clairement la recherche des meilleurs emplacements pour Esprit aussi bien en centre-ville qu’en centres commerciaux. Nous regardons les grandes agglomérations type Paris, Bordeaux, Marseille… On négocie pour des ouvertures sur l’exercice 2012/2013, qui démarre le 1er juillet. On peut doubler le réseau de succursales, outlets compris. Nous sommes dans une phase de réouvertures qui montre la volonté du groupe de redéployer en Fance.

FM: Vous avez un nouveau concept, visible à Saint-Lazare. Qu'en est-il des rénovations ?
JM: Nous allons rénover le réseau en trois ans, c'est-à-dire en moyenne une dizaine de modernisations par an.

FM: Quel est le positionnement d’Esprit alors et le rôle de vos flagships ?
JM: Nous avons besoin de visibilité pour redevenir une vraie marque lifestyle. Par le passé, Esprit a sans doute trop diversifié. Là nous revenons vers le core business en ciblant les femmes de 25 à 35 ans, citadines et actives. Les petits prix ne font pas partie de l’ADN de la marque.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com