×
Publicités
Par
AFP
Publié le
1 mars 2011
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

John Galliano a réécrit l'histoire Dior avec une excentricité toute british

Par
AFP
Publié le
1 mars 2011

PARIS, 25 fév 2011 (AFP) - En quinze ans, John Galliano a réécrit la légende Dior avec une excentricité purement british et une énergie créatrice hors du commun, faisant pendant longtemps de ses défilés somptueux et extravagants l'apogée des collections parisiennes.

Christian Dior, John Galliano
Défilé Christian Dior pour les 60 ans de la maison

Mardi, la maison de couture a annoncé avoir engagé une procédure de licenciement à son égard, en raison de son comportement et de ses propos "particulièrement odieux" dans la vidéo diffusée lundi par le tabloïd anglais The Sun : visiblement éméché, il y déclare notamment aimer Hitler.

A 50 ans, John Galliano peut se vanter d'avoir propulsé au sommet des griffes du luxe la vénérable maison Christian Dior, propriété de Bernard Arnault, sur l'image de laquelle il a régné sans partage, depuis la mode jusqu'aux très lucratifs accessoires et parfums.

John Galliano, de son vrai nom Juan Carlos Galliano, est né en 1960 à Gibraltar d'un père anglo-italien, plombier de profession, et d'une mère espagnole, amatrice de flamenco.

Après des études à la prestigieuse Saint Martins School de Londres, où sa collection "Les Incroyables" inspirée de la période post-révolutionnaire française fait sensation, il lance sa marque de prêt-à-porter en 1984.

Chacune de ses collections est accueillie comme un événement en Angleterre et, en 1987, le British Fashion Council lui attribue le titre de "designer" de l'année. Deux ans de suite, en 1988 et en 1989, il reçoit le prix Cristobal Balenciaga en Espagne.

En 1990, il s'installe à Paris, où il pense pouvoir exercer sa profession sans contrainte et présente une première collection, dans un petit studio à la Bastille. Il changera plusieurs fois de financiers avant d'être repéré par Bernard Arnault, le patron du numéro un mondial du luxe LVMH, pour remplacer Hubert de Givenchy en 1995.

L'année suivante c'est la consécration : il prend les rênes de la création chez Dior, le fleuron du groupe. Le premier vêtement qu'il réalise est une robe qui sera dévoilée sur Lady Diana à l'occasion des 50 ans de la griffe.

Au fil des ans, John Galliano a acquis une renommée pour son art sidérant de la coupe, ses mélanges savants de matières nobles, l'éclat de ses couleurs. Il maîtrise les techniques du drapé et du biais inspirées de couturiers comme Paul Poiret et Madeleine Vionnet, avant d'évoluer dans ses inspirations.

"Il est dans la générosité, le débordement", dit de lui l'historienne de la mode Florence Muller. "Il y a un côté très punk chez lui" qui le conduit à aller "jusqu'au bout de ses fantasmes", avec parfois "une grande violence" mais aussi "une grande authenticité".

Ses défilés sont de véritables spectacles, qui choquent parfois, comme la collection "Clochards" (2000), inspirée des haillons des sans-abri.

A la fin de chaque présentation, pour saluer ses invités, ce dandy provocateur, soigneusement maquillé, aime se mettre en scène dans des tenues étonnantes.

A propos des clientes, il confiait : "J'aime les femmes fortes, indépendantes. Celles qui contrôlent leur vie".

Par Marie-Dominique FOLLAIN

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2023 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.