×
Publicités
Par
AFP
Publié le
24 avr. 2012
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Kao optimiste pour 2012 après un dernier exercice en hausse

Par
AFP
Publié le
24 avr. 2012

TOKYO, 24 avr 2012 (AFP) - Le groupe de cosmétiques et de produits d'hygiène japonais Kao a annoncé mardi une augmentation de ses revenus et profits en 2011-2012, grâce au marché asiatique, et espère faire encore mieux durant l'exercice en cours. En dépit d'un contexte délicat après le séisme du 11 mars et d'une conjoncture internationale dégradée, Kao a dégagé un bénéfice net annuel en progression de 12,2% sur un an, à 52,43 milliards de yens (500 millions d'euros), contre 46,78 milliards de yens un an auparavant.


Visuel John Frieda, l'une des marques du groupe Kao.

Cette légère amélioration intervient en dépit de dépenses supérieures d'approvisionnement et d'une petite perte liée au séisme du 11 mars et à des modifications fiscales.

Entre le 1er avril 2011 et le 31 mars 2012, le chiffre d'affaires du groupe a progressé de 2,5% sur un an à 1.216,1 milliards de yens (11,6 milliards d'euros) et son gain d'exploitation de 3,8% à 108,6 milliards de yens.

Kao est confronté aux modifications comportementales des consommateurs japonais, mais le groupe modifie en conséquence son offre. Il est par ailleurs handicapé à l'étranger par les variations des cours de change qui tendent à réduire ses revenus et marges. Sans la hausse du yen, le chiffre d'affaires aurait affiché une hausse de 4%, a précisé Kao.

La demande croissante dans les pays asiatiques, Chine en tête, permet néanmoins à Kao de s'y frayer une place en profitant de l'image de qualité dont bénéficient les marques nippones de cosmétiques dans le reste de l'Asie.

Au Japon, toutes activités confondues (beauté, hygiène, produits chimiques, boissons, etc.), le chiffre d'affaires de Kao a légèrement augmenté, de 1,4%, et ce même s'il a été victime d'une campagne de sabotage d'image orchestrée par des nationalistes s'opposant au fait que la firme parraine des feuilletons sud-coréens sur une chaîne de TV japonaise. Cette offensive a eu peu d'effet sur les achats des ménagères malgré la violence des diatribes lancées sur internet.

A l'étranger, et particulièrement ailleurs en Asie, ses ventes ont affiché une forte progression (+13,9% sur un an), une tendance que le groupe veut accentuer. La marque s'est aussi bien comportée en Europe (+4,4%) malgré la crise et aux Etats-Unis (+6,3%).

Afin de préserver l'essentiel de ses marges face à la hausse pénalisante de la monnaie japonaise et aux tarifs des matières premières (huiles et graisses naturelles, produits pétrochimiques), le groupe a augmenté des prix de vente et s'est forcé à faire des économies.

Pour l'année en cours, le groupe souhaite accélérer son expansion internationale. Il entend continuer de s'adapter au changement de structure du marché au Japon et "lancer activement de nouveaux produits dans les dynamique nations asiatiques". En Occident, où la concurrence est forte, Kao a revu son mode de fonctionnement pour être plus réactif.

Kao s'apprête en outre à changer de période budgétaire. A partir de l'année prochaine, il publiera ses comptes sur la base de l'année calendaire. En conséquence, l'exercice en cours sera écourté. Le groupe a de fait fourni des prévisions pour les seuls trois premiers trimestres, en les comparant à la même période de l'exercice passé.

Il table pour les neuf mois considérés sur un chiffre d'affaires de 1.020 milliards de yens (+1,2% sur un an), un gain d'exploitation de 100 milliards (+1,6%) et un bénéfice net de 60 milliards de yens en hausse de 16,1%.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.