×
Publicités
Auteur :
Publié le
8 janv. 2014
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Karstadt: André Maeder pilote la division Premium

Auteur :
Publié le
8 janv. 2014

Karsatdt n’arrête pas de se réorganiser. Le groupe franchit-il une étape vers un démembrement ? Il avait divisé en trois entités juridiques ses activités avec Premium, Sports et les unités traditionnelles.

Le milliardaire Nicolas Berrgruen, qui a repris Karstadt en 2010 suite aux difficultés d'Arcandor (ex-KarstadtQuelle), reste majoritaire dans la dernière, qui ne regroupe plus que 83 magasins et dont la direction a été confiée à Eva-Lotta Sjöstedt, ex-Ikea. C'est le périmètre même de la Suédoise qui change par rapport à son prédécesseur. Andrew Jennings pilotait en effet l'ensemble des trois entités.

Aujourd’hui, l’enseigne allemande annonce accentuer la spécialisation de ses divisions en créant des postes de patron pour chacune de celles-ci. Ainsi, André Maeder, qui travaille pour Karstadt depuis plus d’un an, devient directeur général de Karstadt Premium et s’occupera entre autres des achats et du marketing. Il sera épaulé par Roland Armbruster, en charge de l’opérationnel et des finances.

Le manager est bien connu outre-Rhin pour avoir été le bras droit de Bruno Sälzer pendant de longues années chez Hugo Boss. Il quitta la marque allemande pour rejoindre l’enseigne suisse Charles Vögele. Il a également officié 7 années chez Harrods.

Karstadt Premium comprend les unités emblématiques de Hambourg, Munich et surtout le KadeWe de Berlin. Ouvert en 1907, celui-ci a une surface de vente de 60 000 mètres carrés.

Pour la division sports, c’est Simon Rider qui prend le poste de CEO en charge particulièrement des ventes. Le manager britannique, qui a notamment exercé chez Adidas, Foot Locker et Mim, aura pour bras droit Miguel Müllenbach.

Pour rappel, l’investisseur autrichien René Benko, via sa holding Signa, qui détient d'ailleurs les murs de nombreux grands magasins, possède 75,1 % des parts des divisions Sports et Premium.

Autant dire que l’inquiétude des salariés en Allemagne est grande quant à une séparation définitive des activités fragilisant encore plus l'activité traditionnelle qui, elle, est déficitaire alors que les deux autres ne poseraient pas de problème.

Dans la presse allemande, Eva-Lotta Sjöstedt a récemment commenté en parlant de sa division: "Karstadt n'est pas profitable et cela doit changer rapidement".

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com