×
Par
AFP
Publié le
4 mars 2006
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Kenzo fastueux et poétique, Anastase tricolore

Par
AFP
Publié le
4 mars 2006

PARIS, 4 mars 2006 (AFP) - La femme de l'hiver prochain a été invitée samedi à s'envoler pour un Extrême-Orient poétique, coloré et fastueux avec Kenzo ou à célébrer le drapeau tricolore français avec Charles Anastase, selon les collections de prêt-à-porter féminin présentées à Paris.


Mannequin présentant une création de l'Italien Antonio Marras pour Kenzo, le 4 mars 2006 à Paris
Photo : François Guillot/AFP

Chez Kenzo, devant une lampe de papier japonaise géante, se sont succédé des femmes richement vêtues de vestes et manteaux de brocart, de velours changeant, brodés de feuillages, de roses, de pivoines.

Antonio Marras, qui indique s'être inspiré du Turandot de Puccini, signe une collection qui invite au voyage dans un Extrême-Orient réinventé où les vêtements se superposent, les couleurs les plus flamboyantes se mélangent, où l'opulence s'exprime dans une profusion de soie, de laines façonnées, de damas, de dentelles.

Un manteau japonisant matelassé rouge vif s'orne ainsi de boutons d'or, de fleurs jaunes, d'une bande bleu vif le long de l'ourlet. Un autre à manches kimono, anthracite quadrillé de blanc, est rebrodé de fleurs roses et bleues. Une cape noire au bord brillant accueille des ramages et se double de rose vif.

A la fin du défilé, un arbre apparaît en ombres chinoises sur la lampe de papier qui s'ouvre, dévoilant un arbre en fleurs et orné de lampions allumés, sur fond de disque d'or, entouré des mannequins. Une pluie de pétales tombe doucement sur le public.



Présentation d'une création du designer Antonio Marras pour Kenzo lors de la fashion week parisienne
Photo : François Guillot/AFP

Charles Anastase, en revanche, reste en France et rend hommage à la République avec une collection déclinée en bleu-blanc-rouge, des jupes jusqu'aux chaussures, et ponctuée de bicornes et de cocardes.

Sous un drapeau tricolore décoré d'une effigie de jeune fille, défilent des femmes en robe courte rayée bleu, blanc rouge, accompagnée d'un micro-blouson bleu ou d'une peau de léopard jetée sur les épaules. Un manteau trapèze gris, à col et boutons de velours, et pli dans le dos, accueille une cocarde noire sur la manche. Un pantalon étroit rouge, ceinturé de blanc, s'associe à une veste bleue et à un bicorne.

Des collerettes et lavallières blanches enveloppent le cou, des broderies anglaise dépassent des manches.

Le bleu, blanc rouge gagne même les chaussures à plateformes et très hauts talons sur lesquelles plissent de grosses chaussettes noires portées sur des collants.


Création d'Hervé Leroux pour Guy Laroche
Photo : François Guillot/AFP

Chez Guy Laroche, Hervé Leroux signe des silhouettes fines et nettes. Les cheveux tirés en arrière et retenus par un bandeau noir, les femmes déambulent en pantalons étroits à taille haute, en robes de velours noir ou grises à petits pois blancs, fermées par une série de minuscules boutons. Des cuissardes moulantes font les jambes fuselées, avec des mini-robes à gros col. Des robes de dentelle se parent d'une collerette et d'un flot noir à la taille, une robe violette se découpe en panneaux mouvants. "T'es plus jolie que jamais", résume la bande-son.


Création d'Hervé Leroux pour Guy Laroche
Photo : François Guillot/AFP

Chez Nina Ricci, Lars Nilsson associe des vestes d'homme en velours côtelé à des jupes en feuilleté d'organza pour une allure qu'il souhaite nonchalante. Des robes blanches accueillent des imprimés psychédéliques ou "reliure". Des bombes d'équitation poilues accompagnent les robes, y compris éventuellement les longues robes du soir.

Des flots marquent la taille, se nouent dans le dos de blouses à col bénitier ou autour du cou. Les pantalons étroits se glissent dans les bottes et s'accompagnent de paletots. Une cape en satin de laine marine camoufle une robe en flanelle grise.


Présentation d'un modèle Chloé
Photo : Pierre Verdy/AFP

Chez Chloé, dont la styliste Phoebe Philo a quitté ses fonctions il y a quelques mois pour s'occuper de sa petite fille, le studio de création signe une collection de vêtements amples et pâles, empreinte de douceur.

Par Dominique SCHROEDER

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.