×
Publicités
Par
Reuters
Publié le
31 oct. 2008
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

L'Oréal chute en Bourse

Par
Reuters
Publié le
31 oct. 2008

PARIS (Reuters) - L'Oréal, réputé pour son caractère de valeur refuge, chute de 10 % vendredi 31 octobre en Bourse après avoir annoncé des ventes jugées très décevantes au 3e trimestre, notamment en Europe de l'Ouest et en Amérique du Nord, et révisé en baisse ses objectifs de croissance et de résultats 2008.


Kérastase, l'une des marques du groupe L'Oréal

Vers 11h30, le titre chute de 9,53 %, plus forte baisse du CAC 40, à 55,015 euros dans un volume de 2,59 millions de pièces après avoir perdu plus de 12 % dans les premiers échanges. Parallèlement, le CAC 40 recule de 1,85 % et l'indice DJ Stoxx sectoriel européen de 1,1 %. En intégrant cette chute, le titre L'Oréal perd 44 % depuis le début de l'année contre 40 % pour le CAC.

Le numéro un mondial des cosmétiques a ramené sa prévision de croissance organique à environ 4 % sur l'année, en ligne avec celle des neuf premiers mois, au lieu des 6 % visés précédemment et des 6%-8% anticipés jusqu'à la fin du premier semestre.

Il a aussi abaissé sa prévision de hausse de son bénéfice net/action, désormais entre 7 % et 8 % à changes constants alors qu'il tablait fin août sur une progression à deux chiffres. Son chiffre d'affaires est ressorti à 4.266 millions d'euros au troisième trimestre, en hausse de 3,4 % mais au-dessous de la prévision des analystes interrogés par Reuters (4.352 millions). Surtout, sa croissance organique, de 2,7 %, s'est révélée nettement inférieure aux 5 % attendus par le marché.

Cet avertissement a entraîné une série de révisions en baisse des estimations de résultats, objectifs de cours et/ou recommandations, dont Dresdner, Natixis, UBS, Oddo et CM-CIC.

"Nous dégradons L'Oréal à la vente. Nous pensions ne jamais en arriver là, mais nous y voilà", écrit UBS, évoquant le mauvais troisième trimestre et la faible visibilité pour les trimestres suivants, jugés très importants. Le broker a abaissé sa recommandation de "neutre" à "vendre" et a ramené son objectif de cours de 74 à 60 euros.


Plus positifs à moyen terme

"L'Oréal émet son deuxième 'sales warning' de l'année, ce que nous attendions, mais aussi un 'profit warning', plus inattendu. C'est beaucoup à absorber pour un groupe considéré comme très défensif", note CM-CIC Securities, qui rappelle que l'action a nettement surperformé le marché depuis la fin août.

De même, Dresdner est passé de "conserver" à "vendre", avec un objectif réduit de 70 à 54 euros et Natixis d'"accumuler" à "alléger", avec un objectif de cours ramené à 56 euros.

Cependant, certains brokers tablent sur un possible rebond du titre, après une réaction immédiate très négative.

CA Cheuvreux a abaissé son objectif de cours, de 78 à 68 euros, mais reste à l'achat sur la valeur. Le broker juge que la capacité du groupe à dégager de la croissance à moyen terme n'est pas remise en cause par les déceptions du moment.

Oddo, qui est passé d'achat à "accumuler", avec un objectif de cours ramené de 78 à 62 euros, recommande de se porter acheteur de L'Oréal, sachant que la journée sera mauvaise.

De même Deutsche Bank, qui reste à la vente sur le titre, avec un objectif ramené de 60 à 55 euros et des prévisions de résultats alignées sur les nouveaux objectifs à court terme de L'Oréal, se montre plus optimiste à plus long terme.

"La décision de L'Oréal d'être plus transparent et d'intensifier ses investissements de marketing pour augmenter ses parts de marché est un pas important dans la bonne direction en vue du développement à moyen et long terme de son activité et, au bout du compte, pour le cours de l'action", dit-elle.

© Thomson Reuters 2022 All rights reserved.