×
Publicités
Par
AFP
Publié le
7 févr. 2011
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

L'Oréal: le président Lindsay Owen-Jones cède son poste au directeur général

Par
AFP
Publié le
7 févr. 2011

PARIS, le 06 janvier, (AFP) - Lindsay Owen-Jones, emblématique dirigeant du géant mondial des cosmétiques L'Oréal, va abandonner ses fonctions de président au profit de son directeur général, Jean-Paul Agon, affirme le Journal du Dimanche (JDD), une information non confirmée par le groupe.

Il cédera sa place le 17 mars, le jour de ses 65 ans, selon le JDD, qui ajoute que le passage de relais entre les deux hommes doit être approuvé jeudi lors d'un conseil d'administration prévu pour entériner les résultats annuels du groupe.

Interrogé par l'AFP, l'Oréal n'a fait strictement aucun commentaire sur ce départ qui pourrait ainsi intervenir peu de temps après l'annonce d'un accord mettant fin à la bataille intestine qui a secoué l'an passé la famille Bettencourt, premier actionnaire du groupe.

Lindsay Owen-Jones avait déjà cédé ses fonctions de directeur général à Jean-Paul Agon en avril 2006. Il était alors PDG de L'Oréal depuis 1988.

M. Agon, 54 ans, a fait toute sa carrière au sein de L'Oréal et a expérimenté tous les métiers: de représentant (en 1978, à sa sortie d'HEC) à responsable de filiales en passant par chef de produit et dirigeant de pays.

De son côté, le Britannique, "OJ" pour les intimes, perfectionniste, bourreau de travail, mais aussi autoritaire et insatiable, était entré chez le géant français de la cosmétique en 1969.

Dans le milieu des affaires, il restera le patron capable de réaliser pendant 20 années consécutives une croissance à deux chiffres du bénéfice net du groupe, numéro 1 mondial de la cosmétique.

"La crise est derrière eux, les résultats s'annoncent très bons, les conflits familiaux sont terminés, c'est le moment idéal pour tirer sa révérence et faire monter Agon", juge un proche, cité par le JDD mais qui ne dévoile pas son identité.

Ces derniers mois, Lindsay Owen-Jones est peu apparu en public. Sur l'affaire Bettencourt, il avait fait sa première intervention le 30 septembre dans l'hebdomadaire Le Point.

Il s'était alors dit "soucieux" des répercussions pour le groupe notamment à l'international en raison de ce conflit familial qui avait viré au scandale politique.

L'affaire opposait l'héritière de L'Oréal Liliane Bettencourt à sa fille Françoise.

"Pour les salariés, pour les actionnaires, pour les clients, il est important que Liliane et Françoise Bettencourt retrouvent le chemin de la paix et de la réconciliation", avait alors prôné M. Owen-Jones lui-même éclaboussé par l'affaire, l'enquête judiciaire ayant révélé entre autres un don de Liliane Bettencourt à son profit de 100 millions d'euros net d'impôt.

Les deux femmes ont finalement annoncé un accord début décembre pour clôre le scandale.

L'Oréal vend des produits de soins pour la peau, de soins capillaires, du maquillage ou encore des parfums sous de multiples marques (Kérastase, Kiehl's, Garnier, L'Oréal Paris et L'Oréal Professionnel, Maybelline, Matrix, Laboratoires Vichy, Biotherm, La Roche-Posay, Skinceuticals, Lancôme, Helena Rubinstein, Ralph Lauren, Cacharel, Giorgio Armani, Shu Uemura, Redken et SoftSheen Carson).

Son capital est détenu à 30% par la famille Bettencourt et à 29,8% par le groupe Nestlé.

L'Oréal, dont les icônes -des actrices célébrissimes de la planète- avait dégagé en 2009 un bénéfice net 1,792 millions d'euros en baisse de 8% sur un chiffre d'affaires de 17,473 milliards d'euros.

Ses résultats 2010 seront dévoilés jeudi après clôture de la Bourse de Paris.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.