×
5 277
Fashion Jobs
COURIR
Responsable de Projets E-Commerce Groupe - Paris - CDI - f/h
CDI · PARIS
LUNETTES POUR TOUS
Responsable Approvisionnement H/F
CDI · PARIS
KIABI
Traffic Manager Display Performance (H/F) - CDI
CDI · HEM
KIABI
Traffic Manager SEA (H/F) - CDI
CDI · HEM
KIABI
Responsable Mise en Ligne (H/F) - CDI
CDI · HEM
JEROME DREYFUSS
Marketing Manager
CDI · PARIS
HAYS FRANCE
Manager Des Ventes H/F
CDI · MARSEILLE
BLEU LIBELLULE
Chef de Projet Digital et Applications f/h
CDI · GALLARGUES-LE-MONTUEUX
CALZEDONIA
Animateur Régional Des Ventes (H/F) - CDI - Paris/Idf
CDI · PARIS
KIABI
Gestionnaire Produit (H/F) - CDI
CDI · HEM
RITUALS COSMETICS
Chef de Secteur - Secteur Ouest (CDI)
CDI · PARIS
LACOSTE
Responsable Cdg Wholesale et Corporate - CDI f/h
CDI · PARIS
LACOSTE
Contrôleur de Gestion Wholesale et Corporate - CDI f/h
CDI · PARIS
SEPHORA
Manager Des Ventes (f/h) - Marseille Saint Ferréol
CDI · MARSEILLE
SEPHORA
Manager Des Ventes (f/h) - Marseille Les Terrasses du Port
CDI · MARSEILLE
GROUPE PRINTEMPS
Responsable Recrutement et Mobilité Fonctions Support H/F
CDI · PARIS
PANDORA FRANCE
Responsable Régional Sud Est
CDI · NICE
SEPHORA
Manager Des Ventes (f/h) - Aix en Provence
CDI · AIX-EN-PROVENCE
HERMES
CDD - Contrôleur de Gestion (H/F)
CDI · PARIS
TEXDECOR GROUP
Charge d'Affaires en Solutions Decoratives et Acoustiques Grand Nord H/F
CDI · LILLE
CASAMANCE
Charge d'Affaires/ Prescripteur Quart Sud Est H/F
CDI · LYON
CCLD RECRUTEMENT
Manager Des Ventes Agen (47) H/F
CDI · AGEN
Publicités
Par
Les echos
Publié le
28 août 2009
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

L'Oréal : le titre en vedette à la Bourse de Paris

Par
Les echos
Publié le
28 août 2009

Le titre du numéro un mondial des cosmétiques L'Oréal bondissait vendredi matin à la Bourse de Paris, après avoir balayé les craintes du marché au premier semestre avec des résultats solides, ce qui lui permet de se montrer confiant pour le reste de l'année.

A 10H26 (08H26 GMT), le titre prenait 6,96% à 69,19 euros dans un marché en hausse de 1,31%, enregistrant la plus forte hausse du CAC 40.

Les analystes auront retenu une érosion limitée de la marge opérationnelle - le taux de marge brute à 70,2% est inférieur à celui du premier semestre 2008, mais stable par rapport à celui de l'année 2008 (70,4%) - avec une solidité de l'activité produits cosmétiques grand public. Ce pôle a "montré la meilleure résistance au niveau des ventes", souligne-t-on ainsi chez Natixis.

Chez Aurel, les analystes estiment que "le groupe n'a pas négligé les moyens moteurs" ; ils pointent particulièrement la hausse des frais de recherche et développement (+3%) et le soutien aux marques tandis que les dépenses publi-promotionnelles ont augmenté de 2,6% à 2,6 milliards d'euros, soit 30% du chiffre d'affaires.

Dans ce contexte, le groupe qui a mis en avant sa confiance pour la fin d'année, grâce à des perspectives d'"amélioration graduelle" de ses ventes, réussit à convaincre. "Compte tenu de l'avance prise au premier semestre, nos prévisions paraissent trop pessimistes sur le deuxième trimestre, qui bénéficiera d'une base de comparaison plus favorable", indiquent les analystes de Natixis qui relèvent leur recommandation sur le titre à "renforcer" contre "alléger". Les analystes de la banque suisse UBS ont fait de même, relevant leur recommandation sur le titre à "neutre" contre "vendre", et ceux de Bank of America-Merrill Lynch à "acheter" contre "neutre". Les analystes d'Aurel ont revu quant à eux leurs prévisions de résultat opérationnel pour l'année et tablent désormais sur de 2,625 milliards d'euros.
Prêt pour des acquisitions stratégiques

Du côté de la direction de L'Oréal, on estime que les mesures décidées face à la crise, notamment des réductions de coûts, contribueront favorablement aux résultats du second semestre, sur fond de réorganisation et de baisse des effectifs - non chiffrée - à fin juin *. Au premier semestre, le groupe a ainsi "amplifié" sa restructuration en Grande-Bretagne, chez Body Shop. De même, aux Etats-Unis, il a effectué "des regroupements de sites et des diminutions d'effectifs"; Il a également fermé le site d'Albesa en Espagne (192 salariés), ceux de Monaco et Llantrisant en Grande-Bretagne, et "rapproché" les équipes de sa division luxe et celles d'YSL Beauté.

Devant la presse ce vendredi matin, Jean-Paul Agon a par ailleurs indiqué que le groupe restait "prêt" à réaliser des acquisitions "stratégiques". "On regarde et on est tout à fait prêt", a-t-il déclaré tout en reconnaissant qu'il n'y avait pas eu beaucoup d'opportunités "depuis six-neuf mois" dans le contexte de crise.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 Les Echos