×
Publicités
Par
Les echos
Publié le
30 août 2007
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

L'Oréal relève son objectif de chiffre d'affaires annuel

Par
Les echos
Publié le
30 août 2007

"Ce premier semestre a été marqué par une forte croissance du chiffre d'affaires et par des résultats de bonne qualité, en progression sensible sur une référence très élevée". Jean-Paul Agon n'a pas caché sa satisfaction devant la marche des affaires du leader mondial de la beauté au cours des six premiers mois de l'année.


L'Oréal campagne publicitaire 2007

Le chiffre d'affaires a atteint 8,5 milliards d'euros, en hausse de 9,4 % à données courantes. Hors effets de change et de périmètre de consolidation, la croissance ressort à 7,7 %. Un communiqué précise que "l''effet net de changement de structure, du fait des acquisitions en 2006 de The Body Shop et Sanoflore, et de Beauty Alliance et PureOlogy en 2007, est de + 5,2 %".

Toutes les divisions du groupe ont contribué positivement à "la nette accélération" de l'activité, grâce au redémarrage de la croissance confirmé en Europe de l'Ouest, l'amélioration progressive sur les marchés d'Amérique du Nord et un rythme qui s'accélère dans le reste du monde.

La rentabilité opérationnelle a sensiblement progressé : + 50 points de base, hors The Body Shop. Les moteurs de cette évolution : la politique de valorisation des produits, la poursuite des efforts réalisés en matière de réduction des coûts. Au total, le bénéfice net de L'Oréal a crû de près de 9 % sur un an, à 1,2 milliard d'euros.

Fort de l'ensemble de ces évolutions, L'Oréal a relevé son objectif de croissance du chiffre d'affaires à données comparables "de + 7 % à + 8 %". "La qualité (des) résultats renforce notre confiance dans notre capacité à réaliser une nouvelle année de progression à deux chiffres du bénéfice net par action en 2007" - après + 10,7 % au premier semestre, affirme un communiqué.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 Les Echos