×
Publicités
Par
AFP
Publié le
3 janv. 2014
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

La Cour de cassation confirme qu'un parfum n'est pas une oeuvre de l'esprit

Par
AFP
Publié le
3 janv. 2014

PARIS, 03 jan 2014 (AFP) - La Cour de cassation a confirmé qu'un parfum n'était pas une oeuvre de l'esprit susceptible d'être protégée par le droit d'auteur, déboutant la société Lancôme qui poursuivait un marchand de parfums sur les marchés, selon un arrêt dont l'AFP a eu connaissance vendredi.

Le parfum Trésor de lAncôme. Photo DR.


Lancôme entendait poursuivre au civil ce vendeur ambulant de parfums de "marques non connues et non déposées", qui avait été relaxé au pénal au bénéfice du doute. Elle reprochait à une fragrance, baptisée "La valeur" d'être une contrefaçon de son "Trésor". Seule la fragrance était concernée, mais ni le flacon ni l'emballage.

Mais la cour d'appel de Nancy avait refusé par principe qu'un parfum bénéficie d'une protection des droits d'auteur, suivant en cela des jurisprudences de la Cour de cassation de 2006 et 2009.

Lancôme s'étant pourvu en cassation, la chambre commerciale financière et économique de la plus haute juridiction judiciaire française a confirmé sa propre jurisprudence et débouté le parfumeur.

En effet, selon la Cour "le droit d'auteur ne protège les créations dans leur forme sensible, qu'autant que celle-ci est identifiable avec une précision suffisante pour permettre sa communication". Or, selon les hauts magistrats, "la fragrance d'un parfum, qui, hors son procédé d'élaboration, lequel n'est pas lui-même une œuvre de l'esprit, ne revêt pas une forme présentant cette caractéristique (et) ne peut dès lors bénéficier de la protection par le doit d'auteur".

La Cour de cassation a par contre estimé, contrairement à la cour d'appel, que le commerçant ambulant pouvait être poursuivi en dommages et intérêts pour concurrence déloyale.

Selon l'avocat du commerçant devant la Cour de cassation, Me Jean-Philippe Duhamel, la haute juridiction a ainsi confirmé son avis selon lequel un parfum "ne peut pas être décrit de façon suffisamment objective et précise, contrairement à une œuvre littéraire, musicale ou picturale". Il a ainsi fait un parallèle avec la dégustation de vin, qui relève également d'une "perception subjective" pouvant varier d'une personne à l'autre -notamment lors de tests à l'aveugle - même chez des dégustateurs confirmés.

La première décision de la Cour de cassation initiant cette jurisprudence très critiquée par les parfumeurs, avait paradoxalement été prise non dans une affaire de contrefaçon mais dans le cas d'une salariée licenciée et qui réclamait la propriété des fragrances qu'elle avait créées en tant que "nez" pour un parfumeur, notamment le parfum "Dune" de Christian Dior.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.