×
Publicités
Par
AFP
Publié le
17 mars 2014
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

La Redoute: toujours pas d'accord sur le plan social lundi soir

Par
AFP
Publié le
17 mars 2014

LILLE, 17 mars 2014 (AFP) - La direction de La Redoute et l'intersyndicale négociaient toujours lundi soir à Roubaix (Nord) les modalités du plan social qui concerne 1 178 salariés du spécialiste de la vente par correspondance, sans trouver d'accord lors d'une réunion présentée comme la dernière, selon la CGT.

Photo : AFP.

"C'est toujours en négociations. La direction a fait une proposition de plancher à 20 000 euros" pour les indemnités de départ volontaires, a déclaré à l'AFP le délégué CGT Fabrice Peeters peu après 20H30.

"La direction dit que c'est la dernière réunion de négociations mais si elle s'arrête là en termes de propositions, je pense qu'avec les salariés on continuera à faire pression pour que les négociations reprennent sur des bases plus sérieuses", a ajouté Fabrice Peeters.

La somme de 20 000 euros reste insuffisante pour l'intersyndicale CFDT/CFE-CGC/CGT/SUD, qui réclame 40 000 euros de plancher pour les indemnités de départs volontaires, plus 1 500 euros par année d'ancienneté et 36 mois de congés de reclassement contre 12 à 18 mois pour la direction.

Elle souhaite également que cette même somme soit bloquée pour les salariés qui ne seraient pas concernés par le plan social prévoyant la suppression de 1 178 des 3 437 postes de La Redoute sur quatre ans.

Jointe par l'AFP, la direction a confirmé que les négociations étaient toujours en cours, sans plus de précisions.

Une soixantaine de salariés bloquaient lundi soir les accès de la plateforme d'expédition des colis, sur le site industriel de la Martinoire, à Wattrelos, a ajouté Fabrice Peeters.

Les futurs repreneurs du spécialiste de la vente par correspondance, Nathalie Balla et Eric Courteille, respectivement PDG de La Redoute et secrétaire général de sa maison-mère Redcats, avaient annoncé le 9 janvier la suppression de 1 178 des 3 437 postes de La Redoute sur quatre ans.

Le groupe Kering (ex-PPR), actionnaire de La Redoute, a décidé de se séparer de l'ancien fleuron de la vente à distance, en difficultés, pour se recentrer sur le luxe.

Les salariés ont multiplié ces derniers mois les actions, alternant débrayages, rassemblements devant le site industriel de La Martinoire et manifestations, à Roubaix et Lille notamment.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2023 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.