×
6 347
Fashion Jobs
Publicités
Publié le
5 févr. 2018
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Lanvin en quête d’un repreneur ?

Publié le
5 févr. 2018

Avant la trêve de Noël, les spéculations allaient bon train sur l’avenir de Lanvin, touchée par une situation financière de plus en plus critique. D’autant que le nouveau directeur artistique, Olivier Lapidus, qui a succédé à Bouchra Jarrar, ne semble pas être parvenu à séduire les acheteurs après la présentation en septembre de sa première collection. La plus ancienne maison de couture française encore en activité serait désormais en quête d’un repreneur.

Lanvin, un modèle de la collection signée Olivier Lapidus - © PixelFormula


Selon plusieurs sources citées par le magazine américain WWD, Lanvin serait en discussion avec plusieurs investisseurs pour vendre une participation majoritaire et devrait conclure un accord prochainement, faute de quoi la griffe risque une crise de liquidité.

« Nous ne souhaitons pas commenter. Ce sont des rumeurs, des suppositions. Nous aurons bientôt des informations à donner, mais pour l’instant, nous n’avons rien à dire », indique à FashionNetwork.com un porte-parole de la maison.

Nicolas Druz, récemment nommé directeur général délégué, avait assuré en décembre que « des solutions financières et industrielles pérennes, ne passant pas par une augmentation de capital, seraient trouvées d'ici à fin mars ».

Parmi les repreneurs potentiels émerge le nom de Mayhoola Group, le fonds de la famille royale du Qatar, qui s’était déjà intéressé de près à la maison de luxe en 2015 et était revenu à la charge début 2017. Le fonds, qui détient déjà Valentino, Balmain et Pal Zileri, se verrait bien enrichir son portefeuille en y ajoutant une prestigieuse maison française.

La milliardaire taïwanaise Shaw-Lan Wang, qui contrôle 75 % de Lanvin (l'homme d'affaires suisse Ralph Bartel détenant les 25 % restants), a toujours refusé jusqu’ici de céder la maison. Elle pourrait être amenée à changer d’avis, n’ayant toujours pas trouvé de solution pour relancer la marque en perte de vitesse.

Depuis le départ de son ancien directeur artistique, Alber Elbaz, Lanvin a vu ses ventes chuter de 23 % en 2016, à 162 millions d'euros, et a accusé une perte nette de 18,3 millions, après un bénéfice de 6,3 millions en 2015. Un recul suivi d’un plongeon de 32,9 % en 2017, avec un chiffre d’affaires tombé à 96,9 millions, et des pertes qui devraient dépasser les 27 millions d’euros, selon des sources citées par Reuters.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com