×
5 992
Fashion Jobs
Publicités
Publié le
9 mars 2015
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Les Galeries Lafayette mettent le cap sur le Qatar

Publié le
9 mars 2015

Les Galeries Lafayette accélèrent au Moyen-Orient avec un magasin dans la capitale du Qatar. Après Dubaï, l’enseigne française va s'installer à Doha, dans le prestigieux centre commercial Katara Plaza, qui devrait voir le jour en septembre 2016. Il s’agit d’une surface de 13 800 m² sur trois niveaux, qui sera gérée en franchise par Ali Bin Ali Group (ABA Group), détenant près de 80 % de la distribution des biens de grande consommation dans le pays. Ce conglomérat, contrôlé par la famille Ali Bin Ali, employant plus de 3 000 personnes, est actif depuis 60 ans dans divers secteurs, dont la distribution avec notamment des griffes de montres et joaillerie.


Une image du futur Galeries Lafayette à Doha


« Le groupe ABA correspond au profil des partenaires que nous recherchons habituellement pour nous développer à l’étranger. C’est un groupe familial privé comme nous, qui connaît bien la distribution, et avec qui nous souhaitons développer d’autres projets dans la région. Après Dubaï et Doha, on ne va pas s’arrêter là ! Le Golfe fait partie de nos objectifs », explique Laurent Haynez, directeur stratégie et développement des Galeries Lafayette, en marge de la conférence de presse sur la présentation du futur centre commercial Katara Plaza, qui s’est tenue dimanche à Doha.

Les négociations avec ABA ont démarré il y a quatre ans pour aboutir à une signature deux ans plus tard. La collaboration sur ce projet s’est faite de manière naturelle entre les deux parties, qui se connaissent depuis un certain temps. ABA détient aussi dans son portefeuille Monoprix. « Lorsque nous avons démarré l’expansion à l’international il y a 20 ans, c’est tout juste si l’on nous considérait. Aujourd’hui, nous recevons de nombreuses propositions de projets », note Laurent Haynez.

Actuellement, les grands magasins français comptent cinq implantations à l’étranger. A Berlin avec un magasin en propre inauguré en 1996. A Dubaï, où les Galeries Lafayette ont ouvert un magasin en 2009 en partenariat, avec une part minoritaire, avec le groupe libanais Admic, avec qui ils ont implanté aussi un BHV à Beyrouth. Ce dernier devrait être rénové prochainement. Il y a eu ensuite le magasin de Casablanca au Maroc, ouvert en franchise en 2011 avec Aksal, puis en 2013 Djakarta en Indonésie, toujours sous franchise avec un groupe détenant déjà une chaîne de grands magasins, et Pékin, avec l'appui du géant hongkongais IT Limited.

Dans les cartons, outre Doha, deux autres projets : Istanbul avec un magasin en franchise avec le groupe Demsa, dont l’ouverture est prévue fin 2016 et le magasin en propre de Milan, qui va s’insérer dans le futur centre commercial de Westfield. D’autres accords sont en cours de négociations, en particulier en Chine et en Indonésie.

A Doha, l’équipe a déjà été mise en place, tandis que l’architecte français Bruno Moinard, qui a déjà travaillé sur d’autres projets avec les Galeries Lafayette, est en train de plancher sur le projet d’aménagement intérieur, qui devrait être, selon ce dernier, « plus moderne et plus technologique » par rapport aux habituels magasins du groupe.

Les Galeries Lafayette de Doha seront dotées de quatre restaurants. Rien n’a été dévoilé en revanche sur l’offre, le choix n’étant pas encore défini. Les différentes marques vont être sélectionnées par le groupe ABA sous la supervision de l’enseigne française, l’objectif étant de couvrir un positionnement allant d’un moyen-haut de gamme au luxe accessible et haut de gamme, qui ne soit pas en concurrence avec les autres griffes présentes dans le centre commercial.

« Notre particularité, c’est que nous sommes un magasin de mode, avec une offre qui varie selon le pays où nous sommes implantés. Nous avons une offre locale importante, qui représente près de 30 % sur la gamme totale. Dans les pays du Golfe, par exemple, il y a surtout des marques locales dédiées à la beauté. En Indonésie, c’est la couture », précise Laurent Haynez.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com