×
Publicités
Par
AFP
Publié le
14 sept. 2013
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Londres a lancé sa Fashion week avec un voyage en Turquie

Par
AFP
Publié le
14 sept. 2013

LONDRES, 13 sept 2013 (AFP) - Londres a lancé sa Fashion week vendredi avec un voyage ensoleillé et nostalgique sur les rivages de la Mer Egée à l'invitation du créateur turc Bora Aksu, dont les silhouettes romantiques ont fait oublier la grisaille ambiante.

Le styliste s'est remémoré ses souvenirs d'enfance pour cette collection printemps-été 2014, où les couleurs s'inspirent avant tout du "nazar boncuk", talisman en perle de verre qui protège du "mauvais oeil": bleu pâle, blanc, indigo.

Collection Bora Aksu (photo Pixel Formula)


Mêlant boutis, tulle, crochet, le créateur travaille les matières pour structurer des silhouettes féminines, aux épaules dessinées, coiffées de chignons crêpés et chaussées de talons.

Jupes et shorts se portent avec des boléros ou des hauts sans manches. Ici et là, dentelles et franges viennent donner une touche traditionnelle aux tenues.

"J'ai voulu raviver la passion provenant de la riche culture et de l'artisanat traditionnel de la Turquie qui m'avaient inspiré à mes débuts", a expliqué Bora Aksu, qui défile depuis dix ans à la Semaine de la mode londonienne.

Les couleurs chaudes des jardins méditerranéens éclatent soudain avec l'irruption d'ensembles jaune d'or ou l'arrivée majestueuse d'une longue robe fuchsia.

Le jaune brille aussi du côté du duo letton-israélien Fyodor Golan, mais dans une ambiance plus urbaine et sportive.

Pour cette collection dédiée aux "enfants électriques", les jupes, shorts et pantalons se portent avec des brassières, accompagnés de blousons de sport ou de sweatshirts, et de chaussures vernies blanches.

Les matières satinées et transparentes, les sequins et les plumes viennent donner de l'élégance aux silhouettes sportswear.

Le look se fait parfois très adolescent, comme avec ce bustier festif composé d'une multitude de badges smiley, en vogue dans les années 1980. Les couleurs acidulées s'expriment aussi sur des robes plissées comme des éventails.

Collection J. JS Lee (photo Pixel Formula)


Chez la jeune créatrice coréenne J. JS Lee, le minimalisme règne en maître.

Les coupes sont épurées, les silhouettes majoritairement monochromes (blanc, noir, turquoise, rose), les sandales plates. Du côté des coiffures, la raie sur le côté et la queue de cheval basse sont de rigueur.

En contraste, le rouge à lèvres vif rehausse la sobriété d'un ensemble pantalon noir et chemisier blanc sans manche. La collection joue aussi sur des effets géométriques, avec un imprimé vichy version robe plastifiée et un damier décliné sur un pull en maille fine.

Au total, 58 défilés sont prévus au programme officiel des cinq jours de cette Fashion Week londonienne, qui a pris le relais de celle de New York, avant Milan et Paris.

Les grands noms de la mode britannique comme Burberry, Paul Smith et Vivienne Westwood (Red Label) y côtoient des créateurs en vogue comme Christopher Kane, Mary Katrantzou et Henry Holland dans une capitale connue pour son énergie créatrice et ses pépinières de jeunes talents.

La styliste brésilienne Barbara Casasola est la nouvelle venue de cette Fashion Week, qui compte également au programme le défilé Tom Ford et la collection de Stella McCartney pour Adidas.

L'événement, qui attire plus de 5.000 visiteurs -journalistes et acheteurs-, devrait rapporter plus de 100 millions de livres (118 millions d'euros) en commandes, selon les organisateurs du British Fashion Council (

Par Anne Laure MONDESERT

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.