×
Publicités
Publié le
22 janv. 2018
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Louis-Gabriel Nouchi crée LGN, soutenu par le Groupe Duval

Publié le
22 janv. 2018

Vendredi dernier, pendant la Fashion Week masculine de Paris, le jeune créateur français Louis-Gabriel Nouchi présentait en avant-première sa nouvelle marque, LGN, au sein du showroom Doon.


LGN


Finaliste du Festival de Hyères en 2014 avec une collection masculine, celui qui commença sa carrière par un stage au magazine Vogue époque Carine Roitfeld et diplômé de La Cambre à Bruxelles a depuis multiplié les collaborations avec les Galeries Lafayette notamment, qui lui confient une collection capsule sur la femme, La Redoute et la marque de gants Agnelle.

Soutenu aujourd’hui par le groupe immobilier Duval (plus de 3 000 collaborateurs et un chiffre d’affaires de 700 millions d’euros) et Pauline Duval, sa directrice générale, qui indique « vouloir poursuivre le développement, notamment international de la marque et l’ancrer dans le paysage du prêt-à-porter français à long terme », Louis-Gabriel Nouchi propose un vestiaire aux frontières du masculin et du féminin.

« Un vestiaire pour l’homme retravaillé en maille et en jersey, mix entre sportswear et tailoring, explique le créateur, et pensé avant tout confortable. »

Fabriquée à partir de tissus italiens et produite en France (pièces à manches) et Italie (maille), la première collection présente un ensemble de pièces permanentes amenées à être reconduites saison après saison à l’image des sweats échancrés au col, des pantalons tailleur traités sport comme des pantalons de box, des pulls à l’effet usé et trous revisitant les emblématiques Comme des Garçons des années 1980, des chemises au col amovible et des détails sportswear aux inspirations boxe.

Positionnée marque créateur haut de gamme accessible, LGN propose ses manteaux de laine et cachemire autour de 1 200 euros, ses sweats à 350 euros et pantalons à 250 euros, « des prix qui se comprennent par le choix d’une fabrication française ».

Des tee-shirts réalisés à partir du cuir des gantiers Agnelle font aussi partie de la première collection, d’autres collaborations devraient voir le jour en juin, avec une autre marque française que le créateur souhaite emmener sur un traitement plus contemporain.

Une première collection que le créateur souhaiterait voir distribuée en multimarques et grands magasins, et qui devrait se vendre dans un premier temps sur l'e-shop lancé en mars prochain.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com