×
Publicités
Traduit par
Paul Kaplan
Publié le
22 juin 2017
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Louis Vuitton, cyclistes et surfeurs à l'assaut du Palais-Royal

Traduit par
Paul Kaplan
Publié le
22 juin 2017

Pensée pour un homme moderne et nomade, à mi-chemin entre Maoris de Nouvelle-Zélande, surfeurs de Hawaï et plongeurs du Pacifique, la collection du malletier au monogramme conjugue esprit sportswear et logomania. Nul doute sur le succès commercial de ce vestiaire signé Kim Jones...

Louis Vuitton printemps-été 2018 - Pixel Formula


L'ambiance étouffante qui règne à Paris en cette semaine de la mode homme était presque supportable au défilé Louis Vuitton, la plus grande marque de luxe mondiale ayant investi dans des brumisateurs de pointe qui rafraîchissaient la cour intérieure du Palais-Royal. 

La mode masculine actuelle se concentre sur une attitude sportive, des vêtements multifonctions qui peuvent être portés pendant des vols longs-courriers, en extérieur ou à l'intérieur d'espaces climatisés. Kim Jones, directeur du studio Homme chez Louis Vuitton, répond à ces exigences de notre époque en créant des costumes légers parfaits - des vestes en sergé nid d'abeilles gris très fluide ou en laine mohair allégée.

Peu de créateurs jouent avec les logos avec autant d'humour et d'intelligence que Kim Jones, qui a dévoilé un nouveau monogramme LV imitant les hélices d'un avion. Le designer britannique a aussi présenté une nouvelle ligne de produits, baptisée Monogram Outdoor, qui combine équipement d'alpinisme, sangles et cordes d'escalade, astucieusement mélangés avec des tissus techniques pour faire des blousons et des gilets - parfaits pour la ville comme pour les activités de plein air.

Pour le temps libre, Kim Jones propose des shorts de plongée en néoprène, portés sous des shorts en organza ultra larges, ou bien de combiner de grands manteaux de pluie en belle laine avec des chemises rayées de grand-père et des collants enduits de surfeur. Les communiqués de presse étaient imprimés du monogramme brun sur fond bleu cobalt métallisé, motif utilisé aussi sur des sandales de randonnée et des bananes portées en bandoulière.

Pixel Formula


La collection marque aussi une distance avec le défilé de la dernière saison, qui avait fait sensation en présentant la collaboration entre Louis Vuitton et la marque de streetwear Supreme. Cette saison, on retrouve Kim Jones d'une humeur plus joueuse et expérimentale. Tant mieux.

« Après la saison dernière, je voulais quelque chose de neuf. Évidemment, des silhouettes plus décontractées, mais aussi plus jeunes », expliquait Kim Jones, avant de poser pour les photographes dans les coulisses, tandis que le champagne coulait à flots dans le célèbre jardin parisien.

Si le travail de Kim Jones chez Louis Vuitton consiste principalement à fusionner la mode de la rue, des idées éthiques et des vêtements techniques taillés pour le voyage, ce défilé le rapproche encore un peu plus du style de Nicolas Ghesquière, qui dirige le studio femme, et dont le travail fait référence, collection après collection, au sportswear. Néanmoins, c'est le plus pur style Kim Jones qui était distillé pendant le défilé. 

Quelques secondes avant le début du show, Naomi Campbell a fait son entrée et a rejoint son meilleur ami, Edward Enninfull, récemment nommé rédacteur en chef du Vogue britannique. Curieusement, elle portait une robe en mousseline imprimée d'un motif presque identique au dessin polynésien d'une chemise de la collection Vuitton. Un aperçu du futur ? 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com