×
5 223
Fashion Jobs
TAPE À L'OEIL
Directeur Régional Rhône Alpes H/F
CDI · LYON
SINTEL RECRUTEMENT
Responsable d'Atelier Retouches - Flagship Luxe H/F
CDI · PARIS
CELIO
Juriste en Droit Des Affaires H/F
CDI · SAINT-OUEN-SUR-SEINE
SINTEL RECRUTEMENT
Consultant en Recrutement Expérimenté (H/F)
CDI · PARIS
CONFIDENTIEL
Directeur National Des Ventes H/F
CDI · MARSEILLE
SINTEL RECRUTEMENT
Responsable Stock H/F - PAP Luxe - la Vallée Village
CDI · SERRIS
LONGCHAMP
Responsable Des Opérations H/F
CDI · PARIS
SKECHERS
Hris Manager (M/W/D)
CDI · PARIS
PAGE PERSONNEL
Chef de Produit Marketing Development H/F
CDI · TOULOUSE
BALMAIN
Directeur.Trice Collection Merchandising Accessoires H/F
CDI · PARIS
AXENTIA
Responsable Des Stocks H/F
CDI · PARIS
REPETTO
Chef de Produit Athleisure H/F
CDI · PARIS
CALZEDONIA SIEGE
Juriste Généraliste (Dominante en Droit Immobilier) (H/F) - Paris 9ème
CDI · PARIS
GROUPE BEAUMANOIR
Responsable Regional Atlantique (H/F)
CDI · NANTES
GROUPE BEAUMANOIR
Responsable Regional Region Rhone (H/F)
CDI · LYON
RITUALS COSMETICS
Coordinateur(Trice) Travaux & Maintenance
CDI · PARIS
THE KOOPLES
CDI - Directeur Visuel Merchandising F/H
CDI · PARIS
GALERIES LAFAYETTE - CB
Chargé d'Animation CRM - Opérations Commerciales H/F
CDI · PARIS
FASHION EXPERT
Chef de Produit
CDI · LEVALLOIS-PERRET
LTD INTERNATIONAL
Commercial(e) H/F en Région Bordelaise
CDI · BORDEAUX
ZIMMERMANN
Gestionnaire de Stock - Marne la Vallée (Ouverture de Boutique)
CDI · SERRIS
ARMAND THIERY
Category Manager
CDI · LEVALLOIS-PERRET
Publicités
Par
AFP
Publié le
7 mai 2015
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Louis Vuitton emmène la planète mode vivre un rêve californien

Par
AFP
Publié le
7 mai 2015

Louis Vuitton et son créateur Nicolas Ghesquière ont emmené une partie de la planète mode vivre un rêve californien mercredi en présentant leur nouvelle collection croisière dans un joyau de l'architecture de Palm Springs.

Un aperçu du défilé Vuitton californien - Photo AFP/Robyn Beck

Devant environ 500 personnes dont les comédiennes Catherine Deneuve, Charlotte Gainsbourg, Marisa Tomei, le chanteur Kanye West, et bien sûr Bernard Arnault, le PDG de LVMH, Nicolas Ghesquière a dévoilé une collection d'amazones aux cheveux volant au vent, en robes de cuir évasées et longues, ajourées sur les hanches, tour à tour ceinturées, cloutées, dentelées... Puis des femmes en combinaisons pantalon et combi-shorts, aux motifs parfois végétaux ou inspirés de tissus indiens-américains.

 

Une cinquantaine de mannequins ont déambulé dans le patio de la maison de Bob et Dolorès Hope, un chef d'oeuvre datant de 1973 de l'architecte américain John Lautner surplombant le désert californien (ouest des Etats-Unis).

« Ce qui m'a beaucoup inspiré, c'est le contraste dans cette maison entre un certain brutalisme, elle est très radicale, et à l'intérieur des choses plus douces, plus décoratives », a expliqué Nicolas Ghesquière à l'AFP.

Celui qui pris la tête de la création chez Louis Vuitton fin 2013, succédant à Marc Jacobs, a dit avoir imaginé « une communauté de femmes qui vivent dans le désert ».

Des silhouettes fluides, parfois en cuir, d'autres en tissu, il explique avoir « presque voulu créer la confusion » entre les matières en privilégiant l'idée de « mouvement, c'est important pour Vuitton, c'est une femme qui bouge ».

Avant le défilé, les journalistes, célébrités et beaucoup de clientes ont été accueillis dans la maison de Bob et Dolores Hope, en béton et aux formes futuristes et circulaires, par des mannequins formant une sculpture vivante, avec des tenues d'inspiration « glam-rock », avec des maquillages et coiffures évoquant David Bowie.

L'an dernier, dès l'arrivée de Ghesquière à la création, Vuitton avait déjà organisé un vrai défilé pour sa collection croisière, à Monaco cette fois-là.

Ces collections entre les deux principales saisons été et automne-hiver étaient traditionnellement plus resserrées, et Vuitton veut leur donner de plus en plus d'ampleur et continuer à les faire voyager.

« C'est la plus importante collection en termes de ventes », a expliqué à l'AFP Michael Burke, le directeur général de Louis Vuitton.

Organiser un défilé dans un lieu exceptionnel compte non seulement en termes d'image mais aussi pour asseoir la relation avec les clientes, venues mercredi de tous les Etats-Unis mais aussi de Chine, du Canada, d'Amérique du Sud, etc.

Face au coût d'un tel événement, qui peut atteindre plusieurs millions d'euros, Michael Burke assure que « cela vaut chaque centime ».

« A Paris, les défilés sont surtout pour la presse et les acheteurs de magasins et on peut oublier la cliente. Ici, c'est l'occasion de faire venir trois jours les clientes dans un environnement très civilisé, ce que les semaines de la mode ne sont pas toujours », poursuit Michael Burke.

Vuitton est la troisième grande marque de luxe depuis le début de l'année qui défile en Californie après Tom Ford et Burberry's qui ont montré leurs dernières collections à Los Angeles, à deux heures de Palm Springs.

« Palm Springs, c'était dans les années 1950 le symbole de la modernité, après ça s'est endormi mais il y a un vrai renouveau », assure Michael Burke.

« New York est une capitale mondiale de la culture mais très ancrée à l'Europe. Pour le monde entier, c'est la Californie qui représente la modernité américaine », insiste-t-il.

Pour Cécilia Dean, cofondatrice du très branché magazine de mode Visionaire, il est un peu « paradoxal » de voir le monde de la mode affluer vers Los Angeles et la Californie.

Le créateur de Saint Laurent, Hedi Slimane, vit et travaille dans la cité des Anges, entre autres exemples.

Mais pour Cecilia Dean, « la mode va vers les célébrités, qui sont les nouvelles icônes de notre époque et qui lancent les modes ».

« Le cinéma, la musique, il y a tant de choses qui imprègnent Los Angeles. Ce n'est plus la ville des pantalons de jogging ! » conclut-elle.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2023 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.