×
Publicités
Par
AFP
Publié le
29 sept. 2005
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Louis Vuitton inaugure sa boutique phare sur les Champs-Elysées le 09/10

Par
AFP
Publié le
29 sept. 2005

PARIS, 29 sept 2005 (AFP) - Le maroquinier français Louis Vuitton va inaugurer dimanche 9 octobre sur les Champs-Elysées à Paris, son nouveau plus grand magasin au monde, symbole de la puissance d'une griffe à la réussite inégalée dans le luxe.


Façade de la boutique Louis Vuitton des Champs-Elysées
Photo : Damien Meyer

Malletier au départ, Louis Vuitton a ouvert sa première boutique en 1854 au 4 rue Neuve-des-Capucines à Paris. En 1914, son fils et son petit-fils, Georges et Gaston-Louis ouvrent le premier Louis Vuitton building, au 70 avenue des Champs-Elysées, alors le plus vaste magasin d'articles de voyage au monde avant de quitter les lieux en 1954.

En 2005, la griffe contrôlée depuis 1987 par LVMH, premier groupe de luxe mondial dirigé par Bernard Arnault, affiche plus de trois milliards d'euros de chiffre d'affaires, une croissance annuelle à deux chiffres et une rentabilité à faire palir.

76% du chiffre d'affaires est toujours assuré par la maroquinerie que s'arrachent les Japonais (30% du chiffre d'affaires est réalisé au Japon et 50% en Asie).

Au fil des décennies, les modèles enchaînent les succès : de la toile à damiers inventée en 1886 à la toile monogramme datée de 1896 ou plus récemment aux modèles colorés de Takashi Murakami, inspirés par la culture manga en 2002. Tous, contrepartie de la gloire, sont largement copiés.

Le 101 avenue des Champs Elysées accueille Vuitton depuis 1998. Après vingt mois environ de travaux d'agrandissement et un concept intérieur annoncé comme novateur, il se veut le témoin de la diversification de la griffe.

Les 1.800m2 d'espace de vente sur les 15.000 m2 du bâtiment Art déco à l'extérieur, accueilleront l'ensemble des métiers Vuitton : maroquinerie mais aussi prêt-à-porter et souliers (activité créée en 1997), horlogerie (depuis et joaillerie (depuis 2004). Sans oublier la librairie puisque Vuitton édite des ouvrages sur le voyage, l'art et l'art de vivre.


Façade de la boutique Louis Vuitton des Champs-Elysées
Photo : Damien Meyer

151 ans après sa création, la maroquinerie est toujours réalisée dans les propres ateliers de la griffe : 10 en France, 2 en Espagne et le dernier aux Etats-Unis. Vuitton compte également un atelier horloger en Suisse et un de souliers en Italie.

10.800 personnes travaillent dans le monde pour la marque qui compte 343 magasins répartis dans 52 pays, dont la Chine depuis 1992, l'Inde, la Russie et l'Afrique du Sud plus récemment.

Une trentaine de malles anciennes seront exposées en permanence dans le magasin parisien qui recèlera "de nombreuses surprises au niveau de sa conception due à l'architecte américain Eric Carlson", assure-t-on dans la maison.

Vuitton a acquis depuis quelques années une solide réputation en termes d'architecture, de Tokyo à New York. Depuis 1997, la griffe possède son propre bureau d'architecture qui emploie à l'année une trentaine de personnes et fait appel à des architectes extérieurs à l'entreprise pour ses grands projets.

Le Japonais Jun Aoki s'est ainsi fait connaître en signant notamment le grand magasin d'Omotesando à Tokyo, conçu comme un emboitement de malles de verre, et la façade de verre de celui de New York, sur la 5e avenue.

Quelque 300 VIPs sont attendues pour l'inauguration le 9 octobre, qui précèdera le défilé prêt-à-porter de l'Américain Marc Jacobs, directeur artistique éclairé de la griffe, suivi d'une grande fête.

Le public devra attendre le 12 octobre pour apprécier l'ouvrage.

Par Dominique AGEORGES

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.