×
Publicités
Par
AFP
Publié le
5 déc. 2010
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

LVMH et Hermès, un géant et une pépite du luxe

Par
AFP
Publié le
5 déc. 2010

PARIS, 5 déc 2010 (AFP) - Hermès, dont les héritiers vont regrouper la majorité de leurs actions dans une holding pour riposter à la montée de LVMH dans son capital, fait figure de pépite au regard de la taille gigantesque du numéro un mondial du luxe; c'est aussi un modèle suscitant les convoitises.

En terme de ventes, Hermès est presque neuf fois plus petit que LVMH mais en terme de capitalisation boursière, il n'est plus que 3,7 fois plus modeste.

LVMH

L'histoire du groupe commence en 1987 lors du rapprochement entre Moët Hennessy et Louis Vuitton, même si certains produits comme le champagne Dom Perignon remontent au XVIIè siècle.

Numéro un mondial du luxe sous l'ère de Bernard Arnault, le groupe repose sur plusieurs métiers, les vins et spiritueux (champagnes Moët et Chandon, Veuve Clicquot et Cognac Hennessy ou le Château d'Yquem notamment), la mode et la maroquinerie (dont Louis Vuitton, Givenchy, Kenzo, Céline, Fendi etc), la parfumerie et la cosmétique (parfums Christian Dior, Guerlain), les montres et la joaillerie (Tag Heuer, Hublot, Zenith) ou encore la distribution sélective (Sephora, duty-free DFS, Le Bon Marché). Le groupe détient également le groupe Les Echos.

Les ventes en 2009 ont atteint un peu plus de 17 milliards d'euros et les bénéfices 1,755 milliard d'euros.

A la clôture de la Bourse de Paris vendredi, la capitalisation boursière de LVMH approchait les 60 milliards d'euros (59,68 milliards).

Le groupe qui employait fin 2009 77.300 collaborateurs, comptait un peu plus de 2.400 magasins dans le monde.

HERMES

C'est en 1837 que Thierry Hermès, harnacheur, s'installe à Paris et depuis 1880 que son fils a installé la maison familiale au 24 Faubourg Saint-Honoré (Paris VIIIe) où elle est encore. Il faudra attendre 1918 et l'avènement de l'automobile pour qu'Emile Hermès lance des articles de maroquinerie et de bagages "cousus sellier", la marque de fabrique de la griffe.

La maison, qui revendique "un esprit d'artisan créateur", est également connue dans le monde entier pour ses foulards de soie ou ses arts de la table mais aussi la mode que le couturier Jean-Paul Gaultier vient d'incarner pendant sept ans.

L'année dernière, les ventes du groupe ont atteint 1,91 milliard d'euros et les bénéfices, 288,8 millions d'euros.

Vendredi, sa capitalisation boursière était de 15,89 milliards d'euros.

Le groupe, qui réalise près de la moitié de son chiffre d'affaires avec la maroquinerie et la sellerie, comptait fin 2009 304 magasins exclusifs et un peu plus de 8.000 collaborateurs.

Il détient également quelques griffes complémentaires comme les cristalleries Saint-Louis, l'orfèvrerie Puiforcat ou le bottier John Lobb.

Hermès posède en outre 45% de la maison de couture Jean-Paul Gaultier ou encore 21% de la manufacture horlogère suisse Vaucher.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.