×
6 426
Fashion Jobs
Publicités

LVMH et Marcolin veulent créer une coentreprise dans la lunetterie

Par
AFP
Publié le
today 1 févr. 2017
Temps de lecture
access_time 2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Le groupe français de luxe LVMH et le fabricant italien de lunettes Marcolin ont le projet de créer une coentreprise dans le domaine de la lunetterie à partir de 2018, autour des marques Céline et Louis Vuitton, a annoncé Marcolin.

Céline, automne-hiver 2016-17 - © PixelFormula


Cette coentreprise serait détenue à 51 % par LVMH et 49 % par Marcolin, a indiqué le fabricant italien dans un communiqué publié dans la nuit, en précisant que l'accord signé mardi était « sujet à certaines conditions et approbations ».

« La coentreprise proposée, à partir de 2018, concevra et fabriquera des lunettes pour les marques Céline et Louis Vuitton, avec l'objectif de devenir dans le futur le partenaire privilégié de LVMH dans le secteur de la lunetterie », a-t-il précisé.

Marcolin procèdera à une augmentation de capital de 21,9 millions d'euros dans cette perspective. Mi-janvier, une source proche du dossier avait indiqué que LVMH deviendrait actionnaire jusqu'à hauteur de 10 % dans le fabricant de lunettes.

Le groupe italien, dont l'actionnaire majoritaire est le fonds d'investissement français PAI Partners, évalue sa contribution aux divers coûts pour la coentreprise entre 20 et 25 millions d'euros ces quatre à cinq prochaines années, dont 7 millions en 2017.

Interrogé par l'AFP, LVMH n'était pas disponible dans l'immédiat pour commenter cette information.

Mercredi en milieu de journée, en réaction à cette annonce, le titre du fabricant italien de lunettes Safilo, qui détient plusieurs licences de LVMH, dévissait de 6,05 % à 6,45 euros.

Selon les analystes de Mediobanca Securities, l'opération à terme pourrait lui faire perdre 350 millions d'euros de chiffre d'affaires, soit environ 30 %.

La seule licence Dior, qui lui a été réattribuée il y a quelques semaines jusqu'au 31 décembre 2020 seulement, représente 200 millions d'euros. Parmi les autres marques de LVMH pour qui il produit des lunettes, figurent Céline, dont le contrat se termine le 31 décembre 2017, Givenchy et Fendi.

Safilo a déjà perdu depuis cette année la licence Gucci de l'autre groupe français du luxe, Kering, après que celui-ci eut décidé en 2014 de reprendre la main sur son activité « lunettes » en créant une entité dédiée, Kering Eyewear.

Marcolin produit de son côté des lunettes sous licence pour des marques comme Tom Ford, Moncler, Roberto Cavalli, Balenciaga, Diesel ou encore DSquared2.

Le secteur de la lunette en Italie a déjà été chamboulé en janvier par l'annonce de la fusion entre les fabricants italien Luxottica et français Essilor, numéro un mondial des verres ophtalmiques.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.