×
Publicités
Publié le
3 févr. 2012
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

LVMH met à l’heure ses prétentions dans l’horlogerie-joaillerie

Publié le
3 févr. 2012

Le rachat pour 4,2 milliards d'euros de Bulgari par LVMH, autorisé par Bruxelles fin juin 2011, a considérablement renforcé le poids de l’horlogerie-joaillerie au sein du groupe de luxe. Avec cette intégration, les ventes ont quasiment doublé sur ce secteur d’activité pour dépasser les 1,9 milliard d’euros. A périmètre et taux de change comparables, la progression était tout de même impressionnante: +23% avec des marques comme Tag Heuer ou Hublot. L'Asie et les Etats-Unis constituant les zones les plus dynamiques.


Avec l'intégration de Bulgari, LVMH revoit encore à la hausse ses prétentions dans le secteur de l'horlogerie-joaillerie - Visuel Bulgari


A l’occasion de la présentation des résultats 2011, Bernard Arnault soulignait l’importance de l’arrivée de Bulgari dans le giron de son groupe.
"Cela faisait une dizaine d’années que j’essayais de concrétiser ce rapprochement avec Bulgari, expliquait le PDG de LVMH. Celui-ci nous permet d’être un véritable challenger pour le numéro 1 du secteur. Toute notre stratégie est basée sur la création de produits emblématiques et originaux, ainsi que sur la capacité qu’ont nos ateliers à les réaliser de manière hautement qualitative. Bulgari représente un apport considérable sur ce plan du savoir-faire horloger".

C’est d’ailleurs Francesco Trapani, administrateur délégué de Bulgari, qui supervise l’ensemble des activités montres et joaillerie.

L’univers de l’horlogerie subit une vague de concentrations, les acteurs reprenant leurs sous-traitants afin de sécuriser leur production. Interrogé sur la stratégie du groupe quant à l’annonce par Swatch de réduire ses livraisons de mouvements mécaniques et de pièces horlogères à ses concurrents, dont les marques du groupe LVMH, Francesco Trapani a précisé: "Nous assistons à une forte augmentation de notre activité en montres. Nous sommes en train d’investir dans la production interne. Nous sommes confiants dans notre capacité à répondre aux besoins".

LVMH a d’ailleurs repris La Fabrique du Temps, spécialiste de la création de mouvements, le fabricant de composants Profusion et le producteur de cadrans Artecad.

Quant à voir les montres du groupe intégrer le futur magasin parisien de montres de luxe exploité par Bucherer, en lieu et place de Old England dans le quartier de l’Opéra, "rien n’est encore arrêté". Ce qui est certain, c’est que LVMH n’a pas le projet de créer un magasin multimarque de montres pour placer ses griffes.

En revanche, en avril-mai, Louis Vuitton devrait inaugurer sa boutique-atelier dédiée à la haute joaillerie sur la place Vendôme à Paris.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com