×
Publicités
Par
AFP
Publié le
2 janv. 2011
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

LVMH nomme un nouveau patron chez Kenzo, qu'il entend relancer

Par
AFP
Publié le
2 janv. 2011

Bernard Arnault, le PDG du groupe de luxe LVMH, a choisi de ne pas vendre Kenzo et de relancer la marque, en nommant à sa tête un nouveau patron, a révélé Le Figaro dans son édition de vendredi.

Eric Marechalle remplacera début janvier James Greenfield, président de la griffe depuis à peine deux ans, indique le quotidien sans citer ses sources.

Passé par l'enseigne d'habillement bon marché C&A puis en charge de la marque de vêtements pour enfants Catimini au sein du groupe Zannier, sa présence à la tête de Kenzo vise à muscler le marketing et le commercial de la marque de prêt-à-porter, analyse Le Figaro.

LVMH, Kenzo
Kenzo automne-hiver 2010/2011 - Photo : PixelFormula

En dépit de rumeurs récurrentes de cession, Bernard Arnault a décidé de conserver Kenzo et de rentabiliser les autres marques secondaires de son groupe (Céline, Givenchy, Loewe...), jusqu'ici éclipsées par les griffes phares comme Vuitton, Dior, Moët & Chandon et Tag Heuer.

Filiale du groupe LVMH depuis 1993, Kenzo a un chiffre d'affaires estimé à 150 millions d'euros et ne dégage pas de profit significatif. Toutefois ses parfums, parmi lesquels FlowerbyKenzo, sont rentables, rappelle Le Figaro.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.