×
5 002
Fashion Jobs
Publicités
Par
AFP
Publié le
10 oct. 2016
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

LVMH : rebond de la croissance organique

Par
AFP
Publié le
10 oct. 2016

Les ventes du géant du luxe LVMH ont dépassé les 9 milliards d'euros au troisième trimestre, sa croissance organique accélérant à +6 % après un premier semestre qui s'était révélé moins porteur, selon un communiqué publié lundi.

LVMH en hausse - Louis Vuitton


Le numéro un mondial du secteur - qui détient une soixantaine de marques dont Louis Vuitton, Fendi, Sephora, Berluti ou encore Hennessy - voit notamment le chiffre d'affaires de sa division-phare, la Mode et Maroquinerie, afficher +2 % en données organiques après une croissance nulle lors des six premiers mois de l'exercice.

« Le troisième trimestre marque une accélération par rapport aux tendances de début d'année. L'Asie, excluant le Japon, s'améliore sensiblement sur le trimestre. Le marché américain reste bien orienté tout comme l'Europe, à l'exception de la France, toujours affectée par une baisse du tourisme », relève le groupe de Bernard Arnault.

Les 9,138 milliards d'euros de chiffre d'affaires trimestriel sont supérieurs au consensus établi par le fournisseur de données financières Factset, qui tablait sur 8,993 milliards d'euros.

Avec +6 % de croissance organique sur ces trois mois, LVMH retrouve le niveau atteint pour l'ensemble de l'année 2015, alors que le début de l'exercice avait connu un ralentissement avec +3 % au premier trimestre et +4 % au deuxième. Sur neuf mois, les ventes totalisent 26,3 milliards d'euros, en progression de 4 % sur un an, et de 5 % en données organiques.

C'est la division Mode et Maroquinerie, pilier du groupe, qui le tire vers le haut : elle affiche 5 % de croissance organique sur le trimestre, après une stagnation au cours du premier semestre. La marque « Louis Vuitton maintient une forte dynamique et explore un nouveau territoire avec le lancement des parfums Louis Vuitton », souligne le communiqué, en référence au lancement de sept fragrances en septembre, qui ont marqué le retour de la maison dans le parfum après une très longue absence. Sans donner de détails chiffrés, LVMH indique également que Fendi « enregistre une sensible hausse de ses ventes » et que Céline, Loewe et Kenzo « connaissent de bonnes progressions ».

Du côté de la Distribution sélective, deuxième en termes de chiffre d'affaires, la croissance organique atteint 8 %, à 2,8 milliards d'euros. « Sephora gagne des parts de marché partout dans le monde et enregistre une croissance à deux chiffres de ses ventes », précise LVMH, qui souligne cependant que DFS (Duty Free Shops) « fait face en Asie à un contexte touristique difficile, en particulier à Macao et Hong Kong ».

Les Parfums et Cosmétiques progressent pour leur part de 10 % au troisième trimestre, notamment grâce à l'excellente dynamique » des Parfums Christian Dior qui « gagnent des parts de marché sur l'ensemble des pays » et aux performances réalisées par Guerlain et Givenchy dans l'univers du maquillage.

Quant aux Montres et à la Joaillerie (en hausse de 2 %), LVMH souligne entre autres la « forte progression sur un marché difficile » de Tag Heuer grâce à ses nouvelles collections et à sa montre connectée.

S'il ne donne pas de perspectives chiffrées, LVMH indique que, « dans un contexte géopolitique et monétaire incertain », il « poursuivra sa stratégie centrée sur l'innovation et une expansion géographique ciblée dans les marchés les plus porteurs ».

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2023 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.