×
4 923
Fashion Jobs
Publicités
Publié le
10 juin 2015
Temps de lecture
4 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

LVMH, toujours en tête du classement Deloitte

Publié le
10 juin 2015

Les groupes français continuent de dominer le marché du luxe, affichant une profitabilité supérieure, mais de nouveaux protagonistes comme les joaillers Chinois entrent désormais avec force dans le jeu. Telles sont les conclusions que l’on peut tirer du classement Global Powers of Luxury Goods réalisé par le cabinet d’audit et de conseil Deloitte, sur les 100 premières sociétés de luxe dans le monde.


Le top 10 des champions du luxe établi par Deloitte à partir des bilans 2013 des sociétés de luxe - Deloitte


Cette deuxième édition établit un classement des acteurs du luxe en fonction de leur chiffre d’affaires sur l’exercice fiscal 2013, qui s’élève à 214,2 milliards de dollars pour l’ensemble de ces 100 entreprises leaders, actives dans le prêt-à-porter, les accessoires, la haute joaillerie et les montres, ainsi que les cosmétiques et parfums.

Le classement montre une bonne résistance de l’industrie luxe mondiale avec une croissance des ventes moyenne de 8,2 % en 2013 contre +5,6 % pour les 250 premières sociétés de biens de consommation. Il enregistre toutefois un ralentissement par rapport au taux de croissance de 12,6 % de 2012.

C’est le numéro un mondial du luxe, LVMH, détenant entre autres les marques Louis Vuitton, Fendi ou Céline, qui se classe en tête du palmarès avec un chiffre d’affaires de 21,7 milliards de dollars, suivi par le groupe suisse Richemont (13,4 milliards) et Estée Lauder (10,9 milliards), exactement comme lors du premier classement Deloitte publié l’an dernier.

La surprise arrive de la quatrième place, occupée par le groupe chinois d’horlogerie et joaillerie Chow Tai Fook, qui fait une entrée remarquée dans le top 10 des groupes leader du luxe, concentrant à eux seuls 48,9 % du chiffre d’affaires total du top 100. Celui que l’on surnomme le Tiffany & Co de l'Asie a réalisé 9,9 milliards de dollars de ventes en 2013, bondissant de 34,8 % par rapport à 2012.


Les performances des groupes de luxe par pays - Deloitte et bilan des sociétés


"Avec la baisse du prix de l’or et la multiplication de ses points de vente, ce groupe a littéralement explosé, comme de nombreux nouveaux entrants chinois dans notre top 100, qui sont tous actifs dans le secteur de la joaillerie-horlogerie et orientés exclusivement sur le marché intérieur", indique Bénédicte Sabadie, associée responsable du secteur luxe chez Deloitte.

Autre nouvel entrant à signaler dans ce top 10 du luxe : le groupe américain PVH (Tommy Hilfiger, Calvin Klein, etc.), qui arrive en 10e position suite à l’acquisition de son sous-traitant Warnaco. Shiseido et Rolex, respectivement 9e et 10e l’an dernier, sortent donc du top 10.

Pour le reste, on retrouve, décalés d’une place par rapport à l’an dernier, l’italien Luxottica et le suisse Swatch aux 5e et 6e rangs, suivis par Kering, L’Oreal et Ralph Lauren.

Avec un taux moyen de 33,4 %, les entreprises du luxe de Chine et Hong Kong ont connu la plus forte croissance en 2013 et sont en tête du classement par pays. Suivies par la France. Trois des dix plus grands groupes mondiaux de luxe sont, en effet, Français.


Le top 20 des sociétés ayant enregistré les plus fortes croissances entre 2011 et 2013 - Deloitte à partir des bilans publiés par les sociétés de luxe


Au total, avec 11 sociétés présentes dans le top 100, l’Hexagone représente un quart du total des ventes établies par les acteurs figurant dans ce palmarès, avec un pourcentage de 23,2 %. Un poids qui diminue toutefois par rapport à 2012 (27,4%). A noter, enfin, parmi les nouveaux entrants français, le groupe de cosmétiques naturels Nuxe, classé en 90e position.

En France, les acteurs du secteur ont connu en 2013 l’une des croissances les moins élevées (2,9 % contre 19,4 % en 2012). En revanche, ils disposent du chiffre d’affaires moyen le plus important (4,5 milliards). Par ailleurs, "les groupes français performent mieux que la moyenne avec une profitabilité supérieure, soit une marge bénéficiaire nette de 11,5 %, contre une moyenne 10,3 % pour l’ensemble du top 100", souligne Bénédicte Sabadie.

Le troisième pays du classement est l’Italie qui, avec 29 entreprises, réalise 16,5 % du chiffre d’affaires total du top 100.

Enfin, le classement des dix premiers groupes du luxe selon leur Q ratio, c’est-à-dire l’indice de confiance du marché envers leur capacité à générer de la valeur, place en tête Christian Dior Couture, suivis par L’Oréal, Kate Spade, Pandora, Hermès, Michael Kors, Titan Company, Salvatore Ferragamo, Hugo Boss et Mulberry.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com