×
Par
Reuters
Publié le
7 janv. 2016
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

M&S : le PDG Marc Bolland cède sa place à Steve Rowe

Par
Reuters
Publié le
7 janv. 2016

Marc Bolland va quitter son poste de PDG de Marks & Spencer au mois d'avril, marquant ainsi le terme de six années difficiles passées à la tête du détaillant britannique.

Alors que la période de fin d'année s'est révélée décevante pour le groupe, Marc Bolland sera remplacé par Steve Rowe, âgé de 48 ans. Ce dernier, avec 25 ans d'ancienneté, est un vétéran de l'entreprise, qui a notamment dirigé les départements alimentaire et habillement.


Marc Bolland


Le président, Robert Swannell, a déclaré aux journalistes que Marc Bolland n'avait subi aucune pression de la part du conseil d'administration ou des actionnaires pour quitter l'entreprise. Un investisseur a par ailleurs déclaré à Reuters qu'un départ aussi rapide était inattendu.

« [La nouvelle] a été une vraie surprise, même s'il n'est pas rare pour un PDG de partir après un mandat de cette durée », a ainsi précisé Richard Marwood, gestionnaire d'investissements chez Axa Investment Managers, un des actionnaires du groupe.

« Le fait d'avoir pour lui succéder quelqu'un qui fasse déjà partie de l'entreprise n'est probablement pas une mauvaise chose. Je ne pense pas que nous cherchions à changer de direction. Les investisseurs attendent toujours la finalisation du plan Bolland visant à créer une entreprise générant plus de liquidités, mieux investie et adaptée à l'Internet », a-t-il par ailleurs ajouté.

Selon Reuters, les analystes estiment que Marc Bolland a modernisé Marks & Spencer et a renforcé le groupe - avec une reprise des ventes en ligne et à l'international, fournissant ainsi à Steve Rowe une meilleure plate-forme que lorsque Marc Bolland avait repris les rênes de l'entreprise en 2010.

Marc Bolland a en effet dépensé plusieurs milliards d'euros pour transformer l'offre produit, la chaîne logistique ainsi que le site Internet du groupe, après plusieurs décennies de sous-investissement, notamment dans les activités d'habillement.

Il a ainsi réussi à gagner la confiance des investisseurs en se concentrant sur la marge brute, ce qui l'a aidé à maintenir un dividende élevé, puis à initier un programme de rachat d'actions.

Pourtant, les performances décevantes au cours des fêtes de fin d'année ont montré que le groupe reste au milieu du gué, face à la concurrence de rivaux comme Next ou John Lewis, ou encore de chaînes de fast fashion comme Zara.

Au cours du 3e trimestre - qui inclut les fêtes de Noël, les ventes en comparable du département chaussures, habillement et maison ont ainsi chuté de 5,8 %, la performance ayant, selon le groupe, souffert d'un hiver trop clément.

Par contre, les ventes du rayon alimentaire ont été les meilleures de l'histoire du groupe.

Marks & Spencer s'est éloigné des politiques de promotions autrefois pratiquées, ce qui a impacté les ventes, tout en protégeant les marges.

© Thomson Reuters 2022 All rights reserved.