×
Publicités
Publié le
9 avr. 2014
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Made in France: le salon de la Haute-Façon version Première Vision

Publié le
9 avr. 2014

Made in France a ouvert ce mercredi 9 avril et ferme ce jeudi soir 10 avril. Le salon de la Haute-Façon, installé au Carreau du Temple, semble séduire exposants et visiteurs… Et institutionnels du secteur.

C’est en juillet 2013 que Première Vision SA a repris ce salon à Eurovet parmi d’autres. L’organisateur s’est engagé depuis dans d’importants changements physiques au premier chef un déménagement au Carreau du Temple transformé dans le IIIe arrondissement parisien, entre République et Haut-Marais.

Un lieu à la hauteur des ambitions


Un succès indéniable que ce déménagement du Carrousel du Louvre tant l’endroit porte la manifestation censée développer le savoir-faire d’exposants travaillant pour nombre de marques de luxe.

Philippe Pasquet, président du directoire de Première Vision SA, se dit d’une certaine manière tranquille concernant l’avenir de la manifestation. Il s’appuie sur des fondamentaux qui sont censés lui assurer un avenir.

« Made in France Première Vision doit être un lieu d‘animation de cette filière à grand savoir-faire de proximité. Certes, elle a beaucoup souffert. Mais nous avons la chance en France d’avoir des groupes de luxe. Grâce à Didier Grumbach (président de la fédération de la couture ndlr) la place de Paris est unique. L’objectif de la manifestation est de réunir cette filière entre des créateurs qui vivent à la ville et des entreprises dont les ateliers sont à la campagne ».

Première Vision entend mobiliser les marques pour qu'elles viennent visiter le salon


Hier soir, mercredi une réunion se tenait d’ailleurs entre Didier Grumbach, des créateurs, des façonniers et les organisateurs du salon. Une manière pour Philippe Pasquet de permettre à ces acteurs de se rencontrer .

Celui-ci admet certes que Made in France, seule, ne peut pas avoir une dimension internationale. Mais, selon le président du directoire de Première Vision SA, tel n’est pas l’objectif.

Comme Made in France n’a pas à être non plus une sorte de vitrine pour Première Vision de l’image haut de gamme revendiquée par l’organisateur de salons.

D’ailleurs, Première Vision, à travers ses outils et ses contacts multiples, entend bien mobiliser les marques, « qui viennent toutes à Première Vision » souligne Philippe Pasquet, pour qu’elles visitent la manifestation. « Nous développerons ainsi au fil du temps son image et sa notoriété pour accroitre son attractivité ».

Didier Grumbach a participé à une table ronde rassemblant créateurs et façonniers


Pour le président du directoire de Première Vision SA, en tout cas, il n’est pas question de faire du made in France une sorte de combat mais tout simplement de rapprocher savoir-faire et besoins.

S’il fallait comprendre ce que veut dire Philippe Pasquet, cette année, aucun politique ne devrait au final passer la porte d’un salon réservé au premier chef aux professionnels !

Une exception il est vrai ce mercredi, Pierre Aidenbaum. Mais celui-ci, maire du IIIe, a bien des raisons d’être accueilli dans ce Carreau du Temple qui est un des fleurons du quartier. Et est appelé à vivre bien des événements médiatiques !

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com