×
Par
AFP
Publié le
28 févr. 2014
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Maison Lejaby, de la lingerie au prêt-à-porter

Par
AFP
Publié le
28 févr. 2014

PARIS, 28 fév 2014 (AFP) - Deux ans après avoir été sauvée in extremis de la liquidation, Maison Lejaby débarque lundi sur les podiums parisiens: le fabricant de lingerie se lance dans le prêt-à-porter avec la jeune créatrice Léa Peckre, qui a trouvé son inspiration dans les archives de la marque qui fête ses 130 ans.

Un aperçu de la capsule signée Léa Peckre (DR)


La rencontre est inattendue. "On est une vieille dame, elle est toute jeune", lance Alain Prost, le Pdg de Maison Lejaby. Léa Peckre est arrivée avec sa "fougue", son "impatience". "Chez nous, il y avait l'expérience, le recul".

La créatrice âgée de 29 ans a imaginé une quinzaine de silhouettes, pour cette collection capsule (unique) baptisée "Léa Peckre pour Maison Lejaby". La jeune femme a fait ses armes chez Jean Paul Gaultier et Isabel Marant, puis a lancé sa propre marque en 2012, "Léa Peckre", distribuée dans plusieurs points de vente, notamment aux États-Unis.

Pour créer sa collection Maison Lejaby, elle s'est plongée dans les archives de la marque. "130 ans, il y avait de quoi faire!", dit-elle enthousiaste. Les années 80 et 90 ont retenu son attention, avec la création des soutiens-gorges Nuage (le soutien-gorge invisible), devenus "des intemporels" que toutes les marques ont repris, et l'égérie star, Isabelle Adjani.

Le savoir-faire des Lejaby

"J'ai toujours été attirée par ce milieu de la lingerie, sa culture du détail", affirme la créatrice, qui utilise souvent du tulle, de la maille 3D, du lycra. Pour Maison Lejaby, elle "brouille les pistes entre lingerie et prêt-à-porter". Léa Pekcre a réadapté la finition de la corseterie au T-shirt ou à une robe. Elle présente des pièces très habillées pour le soir, d'autres plus portables pour le jour. Elle s'est appuyée sur le savoir-faire des ouvrières de Lejaby. Les looks ont d'ailleurs été réalisés dans l'atelier de Rillieux-la-Pape, près de Lyon.

Avec ce défilé, le Pdg de Maison Lejaby veut ancrer la maison dans le haut de gamme et entend le faire savoir: défiler pendant la fashion week permet d'avoir la plus grande visibilité possible, avec la présence des médias et des acheteurs du monde entier.

Le Pdg, ex-patron de La Perla, a fait ce pari du haut de gamme dès qu'il a repris Lejaby, alors que la marque était devenue un symbole du made in France à sauver pendant la campagne présidentielle en 2012. Si une partie de la production est réalisée en Tunisie, les dessous "couture" sont faits à la main en France, et vendus notamment dans un salon de la très chic rue Royale à Paris.

La marque, qui ne perd plus d'argent, réalise environ 65% de son chiffre d'affaires (28 millions d'euros) à l'international, selon Alain Prost. Maison Lejaby emploie quelque 200 personnes. Il y a eu treize embauches, "surtout des jeunes pour perpétuer le savoir-faire de couturière-corsetière", explique-t-il.

Y aura-t-il une autre collection? "Nous n'avons pas encore décidé de la suite", affirme Alain Prost, qui dit aussi "ne pas aimer faire des projets one shot".

Par Caroline TAIX

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.