×
5 772
Fashion Jobs
Publicités

Mango renégocie sa dette de 500 millions d’euros auprès des banques

Traduit par
Clémentine Martin
Publié le
today 13 juil. 2018
Temps de lecture
access_time 2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

L'enseigne espagnole Mango cherche à renégocier sa dette d’un montant de 500 millions d’euros auprès les banques Santander, CaixaBank et Sabadell. Le président de la marque de fast-fashion, Isak Andic, qui vient par ailleurs tout juste d’être nommé chevalier de la Légion d’honneur par l'Etat français, serait selon le journal El Confidencial en pourparlers avec les trois établissements financiers pour étaler les délais de remboursement des différents emprunts de sa société, qui auraient dû arriver à terme entre 2019 et 2020.


Le président de Mango, Isak Andic, décoré de la Légion d'honneur - Mango


La dette de 500 millions d’euros de Mango comprend en effet un prêt de 170 millions d'euros arrivant à expiration à la fin de l'exercice 2019, tandis que les 330 millions restants ont pour l'heure une échéance fixée à 2020.

Mais Isak Andic ne cherche pas seulement à revoir les délais de remboursement de ses emprunts. Toujours selon El Confidencial, l’homme d’affaires essaie par la même occasion d’obtenir une baisse des taux d’intérêts s'appliquant sur ses prêts en cours. Une faveur qui pourrait lui être concédée si les prochains résultats de Mango sont suffisamment bons.

Lors de son dernier exercice connu, soit en 2016, l’entreprise catalane avait enregistré une chute de son Ebitda à 77 millions d’euros, contre 170 millions un an plus tôt. Pire, pour la première fois de son histoire, elle était passée dans le rouge avec une perte nette de 61 millions d’euros. Les prévisions des analystes tablent sur une amélioration de sa rentabilité pour l'exercice 2017, dont les résultats seront dévoilés ces prochaines semaines, avec un Ebitda attendu de 150 millions d’euros.

Un clause ajoutée aux négociations suscite par ailleurs des spéculations : une disposition a été ajoutée en cas de « changement de propriétaire », ouvrant la voie à une potentielle cession de l'enseigne aux plus de 2 200 magasins et corners à travers le monde. Le cas échéant, les créanciers pourraient décider de renégocier les conditions des prêts avec le nouveau propriétaire.

Agé de 65 ans, Isak Andic ne disposerait pas dans son entourage proche d’une personne à même de prendre sa suite à la tête de la marque. Mais il est probable que le scénario d'une vente de l'enseigne aux 2,26 milliards d’euros de chiffre d'affaires ne serait actée que si les comptes de Mango passent à nouveau dans le vert.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 FashionNetwork.com