×
Publié le
17 nov. 2012
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Mapic: la meilleure édition depuis quatre ans

Publié le
17 nov. 2012

Comme l’avait laissé présager le niveau des inscriptions pour les visites et le nombre d’exposants, le Marché international des professionnels de l’immobilier commercial (Mapic), qui s’est tenu à Cannes du 14 au 16 novembre fut une réussite.

Le stand Klépierre fut très fréquenté (photo Pixel Formula)

Le meilleur Mapic depuis quatre ans selon un des intervenants locaux à l'organisation. Des propos entendus même des hôtels et des restaurants de la cité balnéaire. Comme si la crise de 2008/2009 était enfin tournée malgré la situation actuelle pourtant peu encourageante pour l'Europe de la zone Euro.

Les chiffres tout d’abord, ils furent 8500 participants au Mapic, soit+6,2% par rapport à 2011. L’organisateur, Reed, relève la présence de 2400 distributeurs et 850 investisseurs. Dans les allées, on pouvait croiser Laurent Milchior, co-gérant du groupe Etam, Emmanuel Goffaux, directeur retail France de Liu Jo, Jean-Paul Fréret, directeur général délégué et patron de l’immobilier du groupe Vivarte, Bruno Fournier, responsable expansion chez H&M, Marie-Catherine de Roany, directrice de l’immobilier chez Esprit et consultante, Nicolas Olivaux de la société de conseil Draco Partners. Georges Plassat, patron aujourd’hui emblématique de Carrefour, fit même une apparition, etc. Du beau monde donc.

La plupart des grandes enseignes internationales étaient présentes à ce salon très international lui aussi par ses exposants. Même si les structures françaises des sociétés immobilières, qu’elles soient promoteurs, comme Klépierre, Altarea ou Apsys ou sociétés de conseils en implantations comme Cushman & Wakefield, BNP Paribas Real Estate et Missions Immobilières, étaient très présentes (le grand absent étant une fois encore Unibail-Rodamco), le salon était plus que jamais international avec notamment la Russie comme invité d’honneur.

Le Mapic est un vrai lieu d'échanges (photo Pixel Formula)

Il est vrai que ce pays a tout pour attirer. Selon des statistiques publiques, les ventes au détail en Russie ont augmenté de 4,4% en septembre par rapport à septembre 2011. Pour le premier semestre, la croissance des ventes avait été de 7,3%. “Avec la croissance du revenu disponible et une classe moyenne en expansion, la Russie devrait devenir leader sur le marché du retail en Europe", a ainsi souligné Robert Bronwell, directeur général retail Europe Moyen Orient Afrique (EMEA) de Jones Lang Lasalle.

A noter également qu’à ce salon, les projets d’outlet, de l’Europe à Vancouver, figuraient en bonne place avec les stands de McArthurGlen, Hammerson avec Carré Privé Ouest, etc. Catinvest avec son centre One Nation Paris n’avait pas de stand, mais sa communication était bien présente dans Cannes. Cette forme de centre est manifestement en développement sur tous les territoires.

Nathalie Depetro, directrice du Mapic, a relevé de son côté une forte présence américaine coté enseignes liée évidemment à leur volonté de s’implanter en Europe, comme Forever 21.

Force donc est de constater que, malgré la crise économique et les interrogations sur l’avenir, enseignes et promoteurs ne baissent pas les bras. Est-ce à dire que tout est bien dans le meilleur des mondes ?

Très majoritairement, on peut noter qu’en France les projets sont plutôt aujourd’hui de taille moyenne, moins en centre-ville qu'en périphérie, ou portent sur des rénovations certes liées souvent à des extensions. Remarque souvent entendue également, et essentielle: Le temps des promoteurs est de moins en moins celui des enseignes… En clair, aujourd’hui comme avant d’ailleurs, monter un projet de centre porte sur des années. De leur coté, si les développeurs des enseignes sont très intéressés par telle ou telle implantation, leur direction freine des engagements trop en amont.

Selon plusieurs remarques de promoteurs notamment, un développeur n’a que rarement la latitude de s’engager aujourd’hui sur deux ans par exemple. C’est sans doute par ce biais que le Mapic et ses participants sont rattrapés par la crise. Cette situation n’empêche pas toutefois de découvrir , d’échanger et de conclure Ou plutot… pré-conclure sous forme d’options!

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com