×

Maria Grazia Chiuri, une Italienne de caractère chez Dior

Publié le
23 juin 2016
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Silvia Fendi Venturini, invitée mardi 21 juin au sommet organisé par la Chambre de la mode italienne (CNMI), affirmait que les créateurs les plus talentueux de la planète mode étaient tous passés par sa Maison. Elle ne croyait pas si bien dire.

C’est en effet une ex-styliste de Fendi, spécialisée dans les accessoires, actuellement directrice créative de Valentino, que Christian Dior est allé chercher pour remplacer Raf Simons à la direction artistique de ses collections féminines. Sa nomination devrait être officialisée après le défilé haute couture de la griffe romaine le 6 juillet prochain. Ni Dior, ni Valentino n’ont souhaité commenter cette information publiée par Reuters.

Maria Grazia Chiuri, à droite, bientôt chez Dior - Valentino


Maria Grazia Chiuri, qui pilote actuellement toutes les collections de Valentino en tandem avec Pierpaolo Piccioli, a débuté sa carrière chez Fendi, au sein de la division Accessoires, juste après ses études auprès de l’Istituto Europeo di Design de Rome. C’est là qu’elle rencontre son alter ego, avec qui elle va poursuivre son parcours professionnel… jusqu’à aujourd’hui.

Leur biographie officielle raconte que c’est Valentino Garavani en personne qui les a voulus à ses côtés après avoir vu leurs créations. En 1999, il leur confie la création d’une ligne d’accessoires Valentino à la fois innovante et proche des codes glamour de la maison.

En 2007, lorsque Valentino est rachetée par Permira et son fondateur se retire, Maria Grazia Chiuri et Pierpaolo Piccioli prennent la direction créative des accessoires, et un an plus tard, fin 2008, ils sont propulsés à la tête également de toutes les lignes d’habillement.

Sous leur règne, Valentino trouve une nouvelle impulsion, attirant une nouvelle clientèle plus jeune. Le style reste luxueux et féminin, mais devient au fil des saisons toujours plus contemporain et fortement caractérisé.

Leur travail est salué par la presse et débouche sur une sensible hausse du chiffre d’affaires, qui progresse de 60 % de 2009 à 2012, moment où la griffe romaine passe sous pavillon qatari via la société d’investissement Mayhoola. Les deux créateurs poursuivent avec succès, depuis, leur mission de modernisation de la marque, qui frôle le milliard d’euros en 2015.

Caractère bien trempé, Maria Grazia Chiuri était de fait l’élément dominant de ce couple à la scène, dont le divorce professionnel était annoncé depuis plusieurs mois. Pour cette brune aux yeux noirs fan de bijoux, passée récemment au blond oxygéné, le moment était venu, à 52 ans, de prendre son envol en solo.

Avec les quelque neuf collections annuelles qu’elle réalisait chez Valentino, la designer romaine a suffisamment d’expérience et de talent pour affronter une maison telle que Dior, en dépit de la pression qui risque de l’attendre à ce nouveau poste.

La mode ? Elle en est passionnée et baigne dedans depuis le berceau, puisque sa mère était couturière, habillant tout ce qui compte de plus chic à Rome. Un seul regret devrait guetter Maria Grazia Chiuri, celui de quitter la ville éternelle…

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 FashionNetwork.com