×
5 295
Fashion Jobs
FROM FUTURE
Responsable Financier (F/H)
CDI · BOULOGNE-BILLANCOURT
SINTEL RECRUTEMENT
Chef de Produit Senior PAP Femme Luxe (H/F)
CDI · PARIS
ANOV EXECUTIVE CHANTILLY
Responsable Marketing Catégorie Beauté (H/F)
CDI · ROISSY-EN-FRANCE
ANOV EXECUTIVE CHANTILLY
Responsable Commercial Catégorie Gastronomie, Alcool et Confiserie (H/F)
CDI · ROISSY-EN-FRANCE
BALMAIN
Responsable Achats Matières Premières - PAP Produits Finis H/F
CDI · PARIS
LACOSTE
CDI - Global Paid Search Manager F/H
CDI · PARIS
BY MARIE
E-Shop Manager
CDI · PARIS
PIERRE HARDY
Chef de Projet E-Commerce
CDI · PARIS
CELINE
Coordinateur(Trice) de Collection PAP Homme
CDI · PARIS
THE FRANKIE SHOP
Executive / Project Coordinator Assistant
CDI · PARIS
HUGO BOSS FRANCE
Supervisor Stock - Roubaix H/F
CDI · ROUBAIX
GALERIES LAFAYETTE - CB
Manager Vente H/F
CDI · NICE
TIKAMOON
Responsable Showroom/Store Manager (F/H)
CDI · PARIS
LEVI STRAUSS & CO
Responsable Paie CDI
CDI · PARIS
GROUPE ETAM
Responsable RH Réseau Etam H/F
CDI · CLICHY
CHILDREN WORLDWIDE FASHION C.W.F
Chef de Produit F/H
CDI · LES HERBIERS
FRANCK PROVOST
Juriste Immobilier H/F
CDI · NEUILLY-SUR-SEINE
FRANCK PROVOST
Chef(fe) de Projet Acquisition / Traffic Manager H/F
CDI · NEUILLY-SUR-SEINE
LA BRUNE ET LA BLONDE
Responsable Administration Des Ventes (H/F)
CDI · PARIS
JULES
Chef de Projet Climat et Biodiversité (H/F)
CDI · ROUBAIX
PANDORA
Retail Training Manager
CDI · COURBEVOIE
DERHY
Responsable Administrative de Collection
CDI · PARIS
Publicités
Publié le
20 nov. 2015
Temps de lecture
5 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Marie-Claire Daveu (Kering) : "Quand on parle développement durable, il faut embarquer tout le monde !"

Publié le
20 nov. 2015

Kering a publié cette semaine la seconde édition de son rapport environnemental annuel et organisé dans la foulée, jeudi 19 novembre, une discussion sur Twitter, premier débat du genre pour le groupe de luxe et sport-lifestyle, sur le thème de l’industrie de la mode et l’environnement.

Marie-Claire Daveu, directrice du développement durable et des affaires institutionnelles internationales de Kering, explique à FashionMag la démarche du groupe sur cet engagement en faveur de l’environnement.

Marie-Claire Daveu - photo Lea Crespi kering.com


FashionMag.com : Vous avez organisé pour la première  fois un débat sur un réseau social (Twitter) pour parler de mode, d’entreprise et de développement durable. Comment cela s’est passé ?

Marie-Claire Daveu :
Le résultat a été très positif, aussi bien en termes de participants que de contenu. Les questions étaient très pertinentes et stratégiques. Nous avons même débordé la durée d’une heure qui avait été impartie ! Combiner l’outil digital avec le thème du développement durable, deux éléments projetés dans le futur, était plutôt une bonne idée. Utiliser les médias sociaux est très intéressant car cela permet d’atteindre des audiences différentes. Quand on parle développement durable, il faut embarquer tout le monde !

FM : Quels enseignements tirez-vous de cette initiative ?

MCD :
Le constat, c’est qu’il y a de plus en plus de personnes qui sont vraiment intéressées par ce sujet. En particulier par rapport au compte de résultat environnemental, que nous venons de publier. Ils ne souhaitent pas juste comprendre ce bilan, mais comment il peut être utilisé concrètement par des entreprises plus petites.

FM : Il s’agit du deuxième rapport environnemental que vous publiez au niveau du groupe. Quelle différence par rapport au premier ?

MCD :
Ce deuxième rapport nous a sécurisés sur notre capacité en matière de méthodologie, de données et de processus. Ce qui n’est pas rien lorsqu’on débute dans un nouveau domaine. Bien sûr, cette méthodologie est perfectible. Nous sommes dans une démarche de progrès. L’essentiel est que cet outil puisse être utilisé par tous. Nous sommes en train de mesurer quels sont les impacts négatifs, mais il y a aussi des impacts positifs. C’est cet aspect que nous souhaitons renforcer à l'avenir.

FM : Comment ?

MCD :
Par exemple, dans l’utilisation des peaux précieuses, on peut faire davantage dans la gestion de l’élevage et de tout l’écosystème avec des retombées positives pour tous. On travaille sur des projets précis sur toute la chaîne de valeur, sans oublier l’impact en aval en menant une réflexion aussi sur le devenir de nos produits et sur la notion d’économie circulaire. Dans notre industrie, l’impact majeur vient de la supply chain, la chaîne logistique. C’est donc le modèle de business qu’il faut changer.

FM : Avec la grande diversité de sourcing et de transformation du groupe, comment parvenez-vous à quantifier votre impact produit par produit sur toute la chaîne de valeur ?

MCD 
: En tant que groupe, nous raisonnons non par produit, mais sur les grandes masses. Nous mesurons avant tout l’impact des matières premières. Par exemple, le coton ou encore le processus de tannage. Au-delà de nos propres processus, nous souhaitons favoriser des changements à plus large échelle. Ce rapport, ce n’est pas de la communication ! C’est un vrai outil de management qui doit aider à la prise de décision en matière de développement durable. Il veut encourager les entrepreneurs à se poser des questions : Est-ce que je vais continuer à utiliser telle matière ? Avec qui je vais travailler ?, etc.  

FM : Concrètement qu’avez-vous modifié dans votre utilisation des matières premières afin de moins impacter l’environnement ?

MCD :
Nous avons mis sur pied en 2013 une équipe de recherche dédiée au textile, le « Materials Innovation Lab », à Novara, dans le Piémont, qui nous propose soit de nouvelles matières, soit des matières moins « impactantes ». Ils ont une bibliothèque avec 1 600 échantillons de matériaux. Nous sommes en train d’identifier aussi des zones géographiques, où l’élevage bovin aura moins d’impact en ouvrant ce type de discussion avec les fournisseurs.

FM : Il y a un grand travail de communication autour de ce thème ?

MCD :
Bien sûr. Notre rapport nous sert justement à sensibiliser nos interlocuteurs afin qu’ils progressent. Il ne faut pas oublier que ces derniers travaillent aussi avec d’autres réalités. Ce n’est pas Kering qui va tout changer tout seul ! Le but, c’est que chacun intègre cette préoccupation du développement durable. L’économie de demain va intégrer le développement durable et le développement durable est créateur d’emplois.

FM : Ce message, vous devez parvenir à le faire passer avant tout au sein de votre groupe, non ?

MCD :
Nous avons une cinquantaine de personnes qui travaillent à plein temps sur le développement durable. Mais ces équipes sont là surtout pour diffuser la bonne parole, former et trouver des solutions. L’objectif premier est que chacun dans le groupe Kering intègre cette notion à n’importe quel poste dans son activité au quotidien. Pour moi, y parvenir serait un facteur de réussite.

FM : Et les créateurs, comment réagissent-ils lorsque vous leur expliquez qu’ils ne devraient pas utiliser telle ou telle matière super précieuse car nocive pour l’environnement ?

MCD :
C’est un défi permanent ! Ce type de discussion, on l’a avec les stylistes, mais aussi avec les CEO. Le message doit d’abord partir du management. Le président du groupe, François-Henri Pinault, a mis le développement durable au cœur de la stratégie du business. C’est comme l’éthique. C’est non négociable.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2023 FashionNetwork.com

Tags :
Luxe
Divers
People