×
5 635
Fashion Jobs
KS BEAUTE
Chef de Secteur Expert / Responsable Des Ventes
CDI · PARIS
GROUPE PRINTEMPS
Gestionnaire Des Stocks H/F
CDI · LYON
GROUPE BEAUMANOIR
Acheteur (H/F)
CDI · PARIS
RALPH LAUREN
Chargé de Développement RH (H/F)
CDI · PARIS
LANCEL SOGEDI
Responsable Approvisionnement Produits Finis et Packaging - H/F
CDI · PARIS
CHANEL
Chef de Projet Développement Outils Visual Merchandising Mode
CDI · PARIS
SEPHORA
Manager Des Ventes (F/H) - Montpellier Polygone
CDI · MONTPELLIER
LA HALLE
Merchandise Planner - PAP Homme (H/F)
CDI · PARIS
ABSOLUT CASHMERE
Chargé de Gestion Commerciale Wholesale (H/F)
CDI · PARIS
PVH CORP.
Stock et Visual Merchandiser Manager (M/F/X) - Tommy Hilfiger - Mcarthurglen Giverny - CDI 35h
CDI · GIVERNY
PVH CORP.
Stock et Visual Merchandiser Manager (M/F/X) - Calvin Klein - Mcarthurglen Giverny - CDI 35h
CDI · GIVERNY
SIMONE PERELE
Responsable Marketing et Communication
CDI · CLICHY
CCLD RECRUTEMENT
Directeur Régional H/F
CDI · PARIS
SEPHORA
Manager Des Ventes (F/H) - Brest - CDI
CDI · BREST
CHILDREN WORLDWIDE FASHION C.W.F
Acheteur / Développeur Matières Annexes F/H
CDI · LES HERBIERS
COURIR
Chargé.e de Stock Studio - Paris - CDI -Temps Partiel - 25h - F/H
CDI · PARIS
COURIR
Chargé.e de Stock Studio - Paris - CDI -Temps Partiel - 20h - F/H
CDI · PARIS
TOD'S
Retail Back Office Coordinateur (H/F)_ Tod's Faubourg
CDI · PARIS
ROUJE
Chef de Produit Accessoires H/F
CDI · PARIS
SINTEL RECRUTEMENT
Gestionnaire Commercial et Logistique (H/F)
CDI · SAINT-OUEN-SUR-SEINE
SINTEL RECRUTEMENT
Chargé de Cotation Logistique (H/F)
CDI · SAINT-OUEN-SUR-SEINE
SINTEL RECRUTEMENT
Responsable Administration Des Ventes (H/F)
CDI · PARIS
Publicités
Publié le
17 janv. 2013
Temps de lecture
5 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Marie-Laure Bellon-Homps: "Un salon, c’est le meilleur réseau social vivant!"

Publié le
17 janv. 2013

Le Salon International de la Lingerie fête ses 50 ans cette année. Et Mode City a 30 ans. Marie Laure Bellon-Homps, présidente du directoire d’Eurovet, ne refait pas l’histoire pour Fashionmag Premium, mais donne sa version d’un bon salon pour aujourd’hui et demain. Et, évidemment, croit plus que jamais à l’international.

Marie-Laure Bellon-Homps


FashionMag.com: 50 ans, c’est la maturité pour un salon ou déjà l’âge de la pré-retraite ?
Marie-Laure Bellon-Homps: C’est une vraie force pour une manifestation comme le Sil d’être plus que jamais là après tant d’années et de sessions. De même d’ailleurs pour Mode City. Cela exprime une marque de confiance de la part des exposants et des visiteurs.

FM: Comment expliquez-vous cette durabilité de vos salons ?
MLB: Nous avons déjà une caractéristique forte que n’ont pas ou plus beaucoup de salons. Nous sommes très proches du marché du fait de la présence d’un actionnaire professionnel (La fédération de la maille, ndlr) au sein de notre capital. Nous avons travaillé avec lui nos évolutions. C’est dans notre ADN d’être au service de la profession. Pour autant, nous avons aussi comme particularité d’être très à l'écoute de l’évolution des salons. C’est cette synthèse qui a permis à nos salons de traverser le temps et d’être des manifestations repères pour les exposants et les visiteurs.

FM: Quelle définition donnez-vous du rôle d’un salon aujourd’hui au moment d’internet ?
MLB: Un salon, c’est d’abord et plus que jamais une sorte de place du marché où nombre de professionnels viennent échanger. C’est le meilleur réseau social vivant ! Pour autant, l’outil ne peut se contenter de mettre en scène des exposants d’un côté et d’accueillir des visiteurs et les laisser se débrouiller tout seuls. Pour de nombreuses raisons. D'abord, nous constatons que les visiteurs ont de moins en moins de temps, soit parce qu’ils viennent moins longtemps, soit parce qu’ils sont moins nombreux à se déplacer par société. Il faut donc les aider à mieux organiser leur visite. Nous avons ainsi pris le parti de prendre la parole sur différents sujets.

FM: C’est-à-dire ?
MLB: En juillet dernier par exemple, nous avons lancé un guide baptisé The Selection qui parle de nouvelles marques, de l’évolution de marques également. Il y a un défilé The Selection sur le salon. Nous avons mis en place un service de personal shopper. Celui-ci doit savoir fournir par exemple la liste des marques à petits prix. On investit beaucoup aussi sur nos bases de données via une approche CRM. Pour les exposants par exemple, nous construisons des bases de données sur les détaillants, avec la surface de leurs boutiques, les marques qu’ils distribuent. Nous avons une base de données agents, etc.

FM: Vous croyez aux salons virtuels comme par exemple ce que fait le Pitti à Florence ?
MLB: Je ne crois pas qu’au salon virtuel. Ou seulement au salon virtuel. En fait, il faut revenir à ce que je disais sur le rôle d’un salon. C’est d’abord un endroit physique de mise en relation. Nous pouvons prolonger cette mise en relation via internet. C’est une continuité de ce que nous faisons déjà. Nous avons par exemple une communauté interfilière très active sur Linkedin. Sur ce mois de janvier, nous créons une page Facebook pour les détaillants de lingerie. Un salon, c’est une manifestation commerciale. C’est aussi un lieu de connaissance. Nous avons dès lors une réflexion sur les contenus. Eurovet a une vraie expertise sur la lingerie et sur le monde. Les gens, qu’ils soient exposants ou visiteurs, ne veulent pas entendre parler que du salon lui-même. Ils recherchent des informations. Nous devons les leur apporter dans les manifestations physiques, où nous sommes presque un laboratoire d’innovation en direct, mais aussi sur le web.

FM: Parmi les organisateurs de salons français, vous êtes aussi l’un des plus internationaux. Pourquoi ?
MLB: Paris est le salon référence, la star. Mais il faut aussi aller à la rencontre d’autres acteurs un peu partout dans le monde. Nous avons une grande culture de l’international chez Eurovet. Peut-être d’ailleurs parce que nos salons sont déjà en tant que tels très internationaux. Au Sil par exemple, nous avons 87% d’exposants étrangers ! Fort de cela, Eurovet a commencé très tôt à développer des manifestations à l’étranger. Le premier salon Interfilière a été monté à Shanghaï en 2005. Aujourd’hui, Interfilière y compte 250 exposants. Mode Lingerie à Shanghaï en octobre dernier a rassemblé une cinquantaine de marques. Nous avons créé une filiale à Hong Kong en 2007 afin d’être proche des visiteurs et des exposants. Interfilière est à Hong Kong. Dans nos salons en Asie, nous avons 80% d’exposants asiatiques. En octobre dernier, nous avons organisé une première Lingerie Design Week à Shanghaï. Les marques chinoises ont invité leurs distributeurs, la presse. Elles ont vraiment joué le jeu.

Le défilé à Shanghaï


FM: Visez-vous en priorité la Chine ou toute l’Asie ?
MLB: Nous sommes basés en Chine mais nous visons bien sur l’ensemble de l’Asie et pas seulement. A Shanghaï, nous avons 20% de visiteurs asiatiques hors Chine et même 10% du reste du monde. Pour cela, Shanghaï est mieux que Pékin car plus international. Nous allons aussi organiser un roadshow qui passera par Pékin pendant la fashion week et aussi à Singapour.

FM: Vous êtes propriétaire à 100% de Curve désormais aux Etats-Unis…
MLB: Avec ce salon, nous sommes présents à New York et à Las Vegas. L’objectif est évidemment de travailler sur toute l’Amérique du Nord. A New York, c’est un salon moins paillettes qu’à Paris par exemple. A la mode américaine, avec des prises de rendez-vous, des déjeuners. Il n’y a pas de défilés extraordinaires. Mais, à Vegas, nous réfléchissons à un partenariat avec le Crazy Horse pour des défilés. Il y a aussi beaucoup de synergies à développer entre l’Asie et nos manifestations américaines.

FM: Regardez-vous d’autres zones ?
MLB: Bien sûr. Mais avec un objectif: apporter partout le même niveau de qualité qu’à Paris.

FM: Un nouveau salon se tient par exemple à Moscou du 5 au 8 février à l’initiative de Moda UK, vous ne regrettez pas de ne pas en avoir monté un ?
MLB: Les Russes sont venus nous voir pour organiser un salon sur place. Mais nous avons beaucoup de visiteurs russes à Paris. Et ils apprécient de venir. En fait, le salon qui marche à Moscou, c’est Textillegprom (du 19 au 22 février, ndlr). Je veux être sûr qu’il y a un besoin pour lancer un salon là-bas. Il n’est pas question de prendre de mauvaises décisions….

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com