×
Par
AFP
Publié le
16 sept. 2009
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Mariella Burani demande à ses actionnaires de renflouer ses pertes

Par
AFP
Publié le
16 sept. 2009

En grande difficulté financière, le groupe de mode italien Mariella Burani Fashion Group (MBFG), qui a déjà annoncé fin août qu'il allait lancer une augmentation de capital, a indiqué mercredi 16 septembre qu'il demandait en plus à ses actionnaires de quoi renflouer ses pertes.

Mariella Burani
Mariella Burani à la fin d'un défilé. Photo : AFP

Le groupe, détenu à 74 % par la famille Burani, a annoncé dans un communiqué qu'il allait convoquer une assemblée générale au cours de laquelle "les actionnaires seront appelés à voter (...) l'attribution de nouveaux moyens financiers à hauteur de 83,5 millions d'euros afin de couvrir les pertes".

La date de cette assemblée n'a pas encore été fixée.

Spécialisée dans la mode et la maroquinerie, dans une gamme de "luxe accessible", l'entreprise détient en plus de sa ligne d'habillement Mariella Burani plusieurs marques dont Mandarina Duck ou Coccinelle et un important portefeuille de licences (La Perla, Bikkembergs...).

Fin août, le groupe, qui a accusé une perte nette de 142,1 millions d'euros au premier semestre contre un bénéfice net de 4 millions un an plus tôt, avait fait part "de graves difficultés", exprimant des doutes sur sa survie et indiqué qu'il était à la recherche d'un partenaire.

Comme le groupe l'avait déjà annoncé fin août, les actionnaires devront également approuver au cours de cette assemblée le lancement d'une augmentation de capital, en une ou plusieurs fois sur une durée maximum de cinq ans, qui pourra atteindre au total un maximum de 100 millions d'euros.

MBFG a par ailleurs indiqué que les négociations avec ses banques en vue d'une renégociation de sa dette, qui s'élevait fin juin à 478,4 millions d'euros, se poursuivaient.

MBFG est la deuxième grande entreprise de mode italienne à se retrouver ainsi en grande difficulté. En février, IT Holding, propriétaire de la griffe Gianfranco Ferré, avait été mis sous tutelle par le gouvernement afin de lui éviter la faillite.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.