×
4 603
Fashion Jobs
UNDIZ
E-Commerce Manager H/F
CDI · CLICHY
BALENCIAGA S.A.S.
Balenciaga – CDD - Chef de Projet Développement et Production Gifting Client (f/m)
CDI · PARIS
CITYONE
Gestionnaire Administration du Personnel H/F
CDI · ROISSY-EN-FRANCE
PAGE PERSONNEL
Attaché Commercial Lunetterie 44/35 H/F
CDI · RENNES
VICTORIA'S SECRET
Responsable Stock (H/F) - Victoria's Secret - Parly 2
CDI · LE CHESNAY-ROCQUENCOURT
BALMAIN
Chargé.e de Production PAP - Chaine et Trame H/F
CDI · PARIS
CHEEEEESE HAPPY DESIGNERS
Directeur Artistique Junior
CDI · PARIS
GALERIES LAFAYETTE - CB
Employé de Service Commercial - Salon Privé H/F
CDI · PARIS
CHANTAL BAUDRON S.A.S.
Responsable Ressources Humaines H/F
CDI · PARIS
BANANA MOON
Directeur(Ice) Industriel(Elle)
CDI · MONACO
BANANA MOON
Directeur(Trice) Commercial(e) Export
CDI · MONACO
CITYONE
Commercial Appels d'Offres H/F
CDI · PARIS
AXENTIA
Attaché Commercial Sédentaire Export H/F
CDI · PANTIN
AMI - ALEXANDRE MATTIUSSI
CDI - Europe Press Manager H/F
CDI · PARIS
MUGLER FASHION
E-Commerce Project Manager
CDI · PARIS
PVH CORP.
Branch Planning Manager (M/F/D*) - Tommy Hilfiger & Calvin Klein Full Price – South-West Hub - CDI
CDI · PARIS
MARNI
fr - Retail Operations Coordinator
CDI · PARIS
JIMMY FAIRLY
Production Manager
CDI · PARIS
ERIC BOMPARD
Chargé de Production H/F
CDI · PARIS
CCLD RECRUTEMENT
Directeur Régional H/F
CDI · BESANÇON
CONFIDENTIEL
Directeur National Des Ventes H/F
CDI · MARSEILLE
CCLD RECRUTEMENT
Responsable Commercial Region Centre Val de Loire H/F
CDI · BOURGES
Publicités
Publié le
24 mai 2017
Temps de lecture
2 minutes
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Marks & Spencer : les ventes d'habillement chutent de 2,8 % sur l’année

Publié le
24 mai 2017

Même si ses ventes globales progressent, Marks & Spencer ne parvient toujours pas à redresser son activité habillement, en chantier depuis plusieurs saisons. Au cours de son exercice 2016/17, clos le 1er avril, l’enseigne britannique a généré un bénéfice net de 115,7 millions de livres (134,1 millions d'euros), contre 404,4 millions l’an passé, soit une chute de 71,4 %. Une contre-performance attribuée notamment à la morosité des ventes mode de la société.


Marks & Spencer doit composer avec la concurrence des enseignes de fast fashion - M&S


Auparavant considérée comme une adresse mode incontournable sur la marché britannique, M&S a vu son activité habillement et maison – en cours de repositionnement - fléchir de 2,8 % sur l’année écoulée (-3,4 % en comparable). « Comme nous l’avions anticipé, la restructuration de M&S a eu un coût et a impacté nos profits, livre Steve Rowe, le CEO de la société britannique. Nous continuons d’améliorer l’offre habillement et maison. Nous commençons à stabiliser notre part de marché sur ce créneau et avons vu les ventes à prix plein progresser, alors que nous avons stoppé les rabais excessifs ». Les ventes à prix plein sur ce créneau ont ainsi progressé de 2,7 %.

Le plan de transformation à cinq ans inclut pour l’offre vestimentaire « la proposition d’une plus grande palette de couleurs, un fitting amélioré, une baisse des prix de 18 % sur certaines lignes de basiques, la réduction des activités promotionnelles et le fait de resserrer l’offre de 10 % ». Sur l’année écoulée, certaines collections ont été supprimées, tandis qu’une nouvelle directrice mode et maison, Jill McDonald, viendra épauler Steve Rowe avec l’intention de redresser ce pôle. Pour l’exercice à venir (2017/18), Marks & Spencer anticipe toujours une baisse de ses ventes sur le créneau de l’habillement, de l’ordre de 1 à 2 %. 


Le magasin Marks & Spencer des Champs-Elysées, à Paris - PixelFormula


Alors que la chaîne fondée en 1884 a vu son activité en ligne augmenter de 4,9 %, son chiffre d’affaires global affiche une hausse de 2,2 %, à 10,62 milliards de livres (12,3 milliards d'euros), emmenée par l’offre alimentaire. Ce secteur progresse ainsi de 4,2 %, grâce notamment aux ouvertures de magasins dédiés, soit 68 unités sur l’année 2016/17. M&S avance même une croissance attendue de 7 % sur l’année en cours.

Rappelons qu’à l’international, l’enseigne a pris la décision en novembre dernier de quitter les dix marchés où elle est déficitaire. Elle a identifié un coût de 130,5 millions de livres pour fermer 53 magasins gérés en direct, dont sept en France – y compris celui des Champs-Elysées. Dans l'Hexagone, le distributeur britannique se concentrera dorénavant sur son activité alimentaire, gérée en franchise.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2023 FashionNetwork.com