×
6 273
Fashion Jobs
SANDRO
Responsable Adjoint Stock CDI 38h Outlet Roubaix (Dpt 59) H/F
CDI · ROUBAIX
THE KOOPLES
CDI - Directeur Merchandise Planner f/h
CDI · PARIS
ADIDAS
Senior Director Marketing Omnichannel Activation Adidas H/F
CDI · PARIS
ADIDAS
Responsable Communication Corporate Adidas H/F
CDI · PARIS
JIMMY FAIRLY
Chief Technology Officer (H/F)
CDI · PARIS
BANANA MOON
Attaché(e)s Commerciaux(Ales) (H/F)
CDI · NICE
SESSÙN
Responsable Approvisionnements -- H/F
CDI · MARSEILLE
GROUPE JACQUES BOGART
Directeurs Régionaux (H/F)
CDI · PARIS
GROUPE PRINTEMPS
Chef de Projet Team Social & Digital H/F
CDI · PARIS
FASHION CONSULTING
Coordinateur Services Generaux
CDI · PARIS
INSTITUT GUINOT
Directeur du Développement International (H/F)
CDI · NEUILLY-SUR-SEINE
PAGE PERSONNEL
Attaché Commercial Lunetterie H/F
CDI · RENNES
AUCHAN RETAIL
Acheteur Textile H/F
CDI · VILLENEUVE-D'ASCQ
POPCARTE
Directeur Artistique (H/F) - CDI - Barcelone (Mission en Français)
CDI · BARCELONE
LOOKING FOR WILD
Attache(e) Commercial(e) Europe
CDI · LYON
BENEFIT COSMETICS
Office & General Manager Assistant(e)
CDI · PARIS
ADIDAS
Senior Manager Business Analyst Commercial Adidas H/F
CDI · PARIS
RITUALS COSMETICS
Chef de Secteur - Quart Sud-Ouest (CDI)
CDI · BORDEAUX
KSI RETAIL
Customer Demand Planner
CDI · BOBIGNY
KSI RETAIL
Responsable Export Anglais / Français / Italien
CDI · PARIS
ADIDAS
Responsable du Développement Marketplace Paris Adidas H/F
CDI · PARIS
AXENTIA
Commercial Terrain H/F
CDI · PARIS
Publicités
Publié le
24 mai 2017
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Marks & Spencer : les ventes d'habillement chutent de 2,8 % sur l’année

Publié le
24 mai 2017

Même si ses ventes globales progressent, Marks & Spencer ne parvient toujours pas à redresser son activité habillement, en chantier depuis plusieurs saisons. Au cours de son exercice 2016/17, clos le 1er avril, l’enseigne britannique a généré un bénéfice net de 115,7 millions de livres (134,1 millions d'euros), contre 404,4 millions l’an passé, soit une chute de 71,4 %. Une contre-performance attribuée notamment à la morosité des ventes mode de la société.


Marks & Spencer doit composer avec la concurrence des enseignes de fast fashion - M&S


Auparavant considérée comme une adresse mode incontournable sur la marché britannique, M&S a vu son activité habillement et maison – en cours de repositionnement - fléchir de 2,8 % sur l’année écoulée (-3,4 % en comparable). « Comme nous l’avions anticipé, la restructuration de M&S a eu un coût et a impacté nos profits, livre Steve Rowe, le CEO de la société britannique. Nous continuons d’améliorer l’offre habillement et maison. Nous commençons à stabiliser notre part de marché sur ce créneau et avons vu les ventes à prix plein progresser, alors que nous avons stoppé les rabais excessifs ». Les ventes à prix plein sur ce créneau ont ainsi progressé de 2,7 %.

Le plan de transformation à cinq ans inclut pour l’offre vestimentaire « la proposition d’une plus grande palette de couleurs, un fitting amélioré, une baisse des prix de 18 % sur certaines lignes de basiques, la réduction des activités promotionnelles et le fait de resserrer l’offre de 10 % ». Sur l’année écoulée, certaines collections ont été supprimées, tandis qu’une nouvelle directrice mode et maison, Jill McDonald, viendra épauler Steve Rowe avec l’intention de redresser ce pôle. Pour l’exercice à venir (2017/18), Marks & Spencer anticipe toujours une baisse de ses ventes sur le créneau de l’habillement, de l’ordre de 1 à 2 %. 


Le magasin Marks & Spencer des Champs-Elysées, à Paris - PixelFormula


Alors que la chaîne fondée en 1884 a vu son activité en ligne augmenter de 4,9 %, son chiffre d’affaires global affiche une hausse de 2,2 %, à 10,62 milliards de livres (12,3 milliards d'euros), emmenée par l’offre alimentaire. Ce secteur progresse ainsi de 4,2 %, grâce notamment aux ouvertures de magasins dédiés, soit 68 unités sur l’année 2016/17. M&S avance même une croissance attendue de 7 % sur l’année en cours.

Rappelons qu’à l’international, l’enseigne a pris la décision en novembre dernier de quitter les dix marchés où elle est déficitaire. Elle a identifié un coût de 130,5 millions de livres pour fermer 53 magasins gérés en direct, dont sept en France – y compris celui des Champs-Elysées. Dans l'Hexagone, le distributeur britannique se concentrera dorénavant sur son activité alimentaire, gérée en franchise.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com