×
6 622
Fashion Jobs
MORGAN PHILIPS EXECUTIVE SEARCH
Chef de Produit Marketing Maroquinerie F/H
CDI · PARIS
CALZEDONIA
Animateur Régional Des Ventes H/F - CDI - Lille/Nord de la France
CDI · LILLE
CELIO
Responsable Achat H/F
CDI · SAINT-OUEN-SUR-SEINE
AXENTIA
Commercial H/F Textile
CDI · PARIS
DEBEAULIEU
Responsable e Commerce
CDI · PARIS
SINTEL RECRUTEMENT
Responsable Stock Grands Magasins (H/F) Luxe - CDI
CDI · PARIS
JEAN PAUL GAULTIER
Chef de Produit H/F
CDI · PARIS
JEAN PAUL GAULTIER
Chargé(e) Des Opérations H/F
CDI · PARIS
NINA RICCI
Responsable Ordonnancement Lancement H/F
CDI · PARIS
CSP PARIS FASHION GROUP
Responsable Développement Des Ventes
CDI · PARIS
HAYS FRANCE
Traffic Manager / E-Commerce H/F
CDI ·
GALERIES LAFAYETTE
Marketing Manager Pour Citynove H/F
CDI · PARIS
GROUPE ETAM
Coordinateur Travaux H/F
CDI · CLICHY
SMCP
Contrôleur de Gestion Fonctions Centrales & Logistique H/F
CDI · PARIS
COURIR
Chef.fe de Projet Moa E-Commerce - Paris - CDI - F/H
CDI · PARIS
YVES SAINT LAURENT SAS
Saint Laurent Executive Assistant & Project Coordinator H/F
CDI · PARIS
SÉZANE
Chargé(e) de Projet Paid Media Senior (H/F)
CDI · PARIS
CITY ONE
Chef Hote Vip Pour Production Audiovisuelle (H/F) -CDI- 35h
CDI · PARIS
PACO RABANNE MODE
Directeur Produit Accessoires H/F
CDI · PARIS
PACO RABANNE MODE
Chef de Produit Accessoires H/F
CDI · PARIS
LANVIN
Responsable Industrialisation (H/F)
CDI · PARIS
BALENCIAGA S.A.S.
Balenciaga – Chef de Projet Architecture Retail (F/H)
CDI · PARIS
Par
AFP
Publié le
24 févr. 2013
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Michelle Obama, l'ambassadrice de la mode qui fait rêver les designers

Par
AFP
Publié le
24 févr. 2013

NEW YORK, 23 fév 2013 (AFP) - En quatre ans, la première dame des Etats-Unis Michelle Obama a fait entrer la mode à la Maison Blanche, encensée pour son élégance, et fait rêver les designers qui espèrent tous la voir un jour porter leurs tenues.


Michelle Obama en Reed Krakoff pour son nouveau portrait officiel (via AFP)

Cette semaine, elle portait une robe Reed Krakoff pour son nouveau portrait officiel; le 12 février, une robe Jason Wu pour le discours sur l'Etat de l'union; un gilet et une robe Reed Krakoff pour la première prestation de serment le 20 janvier, un manteau Thom Browne pour la deuxième le 21, encore du Jason Wu pour les bals d'inauguration et un ensemble Naeem Khan le 22: de quoi ravir le petit monde de la mode et la presse, qui traquent fébrilement ses choix, également extrêmement suivis sur les réseaux sociaux.

On la compare à Jacky Kennedy pour son élégance, mais à 49 ans, elle montre une liberté toute personnelle dans ses choix. Elle aime les silhouettes classiques, les robes ceinturées, les perles, les gilets. Mais ose aussi les designers peu connus, voire parfois avant-gardistes comme Thom Browne. Et Michelle Obama, ancienne avocate diplômée d'Harvard, fait aussi montre d'un instinct politique très sûr, évitant les critiques en ne se limitant pas à quelques grandes maisons renommées.

"Elle est très moderne, elle porte de nombreuses marques américaines, mais pas seulement", explique Patricia Mears, directrice adjointe du musée du Fashion Institute of Technology à New York. "Et elle mélange les vêtements très haut de gamme et des choses qui sont très abordables, ce qui la rend à la fois moderne et glamour".

Lorsque Mme Obama avait porté du Jason Wu il y a quatre ans lors des bals d'inauguration, personne ou presque ne connaissait ce designer de 26 ans né à Taïwan. Sa carrière a depuis explosé.

Lors de la fashion week la semaine dernière, Jason Wu était encore sur son petit nuage, après avoir découvert à la télévision que Mme Obama avait choisi sa robe de mousseline de soie vermillon pour les bals d'inauguration. "Avoir comme fan la Première dame des États-Unis est un grand honneur et je chéris cette relation", a-t-il confié à l'AFP, espérant qu'elle continue "pendant de très nombreuses années". Pour la robe de bal, "nous étions très en retard, et travaillions très tard le soir. Cela a été vraiment... Je ne peux pas exprimer ce que j'ai ressenti".

Car les stylistes ne savent jamais avant que Mme Obama n'apparaisse quel est son choix. Pour les événements importants, son entourage sollicite plusieurs stylistes. Pour l'inauguration, une quinzaine auraient été approchés.

"Le point fort d'une carrière"

Reed Krakoff a ainsi appris par un ami que la First lady portait sa robe et son cardigan bleu pour la prestation de serment. "J'ai eu énormément de chance, c'est vraiment le point fort de ma carrière", dit-il à l'AFP. "Un ami qui vit à Washington m'a envoyé un mail" quand il l'a vue. "C'était une surprise totale. Je savais qu'il y avait une chance, mais ce n'était pas sûr. C'est un grand honneur, c'est extraordinaire pour tous les stylistes", ajoute-t-il.

Un honneur, mais aussi une exposition mondiale, à l'impact économique souvent considérable. "Quand je voyage à l'étranger, c'est la première chose dont les gens veulent parler. C'est vraiment incroyable", explique Jenna Lyons, la directrice artistique de J. Crew, propulsée au sommet par Michelle Obama.

Une apparition de la Première dame rapporte en moyenne 14 millions de dollars à la marque dont elle porte le vêtement, selon David Yermarck, professeur à la Stern school of Business de l'université de New York, qui a étudié en 2010 l'impact économique des choix vestimentaires de Mme Obama.

Et le phénomène n'est pas nouveau: le 27 octobre 2008, avant même de devenir First Lady, Mme Obama avait confié à l'animateur de télévision Jay Leno qu'elle portait du J. Crew. Le lendemain, l'action avait pris 8%, trois jours plus tard 25% et deux ans plus tard 175%.

Par Brigitte DUSSEAU

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.