×
5 965
Fashion Jobs
Publicités
Publié le
9 juil. 2015
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Montaigne Fashion Group en liquidation

Publié le
9 juil. 2015

C’est tout sauf une surprise. La liquidation de Montaigne Fashion Group a été prononcée par le tribunal de commerce de Paris début juillet. Pourtant, un repreneur s’était fait connaître, Hugues Taittinger, de la famille des champagnes du même nom.

Il pouvait s’appuyer sur l’ancien directeur général Philippe Gellman. Sans nul doute un des meilleurs connaisseurs de l’entreprise. Celui-ci en avait été dirigeant de 2006 à 2010 puis était parti… Et revenu en mars 2014 avant de claquer la porte.
 
Philippe Gellman avait pris à l’époque 4,9 % du capital auprès de l’actionnaire de référence, Jekiti Mar Capital, la société de l’homme d’affaires alsacien Edouard Hubsch.

Edouard Hubsch était arrivé dans cette affaire, comme chez DMC d’ailleurs, pour épauler l’homme d’affaires Louis Petiet, qui s’était fait spécialiste de la reprise d’affaires en difficultés.
 
Seulement, entre l’homme d’affaires alsacien et Philippe Gellman, la lune de miel n’a pas duré.
 
il est vrai aussi que, coté sur le marché Euronext, Montaigne Fashion Group n’a jamais pesé bien lourd, affirmions-nous à l’arrivée de Philippe Gellman. Les derniers comptes déposés de cette société portaient sur un chiffre d’affaires d’un peu plus d’un million d’euros pour presque 321 000 euros de pertes.

Dans le communiqué annonçant le retour de Philippe Gellman, il était mentionné comme activité la création et la distribution de collections de prêt-à-porter féminin et d’accessoires haut de gamme sous la marque Lola, à travers un réseau de succursales et de détaillants multimarques.

Pour cette société, les derniers chiffres déposés, en 2013, évoquaient un chiffre d'affaires de 3,54 millions d'euros et une perte nette de plus de 612 000 euros!

Selon le quotidien Les Echos, elle ne serait pas concernée par la liquidation. Elle serait en observation jusqu'en septembre par décision du tribunal de commerce de Grenoble !

Est évoquée également une activité de licences sous les marques Irène van Ryb et Regina Rubens. Les fondatrices de ces marques ne sont plus présentes depuis un moment. La dernière à être partie est Irène van Ryb, en mars 2012.

Jean-Paul Leroy (avec Bruno Joly)

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com