×
5 933
Fashion Jobs
HERMES SERVICES GROUPES
CDI - Acheteur Indirects (f/h)
CDI · LE PRÉ-SAINT-GERVAIS
JULES
Merchandise Planner (H/F)
CDI · ROUBAIX
CCLD RECRUTEMENT
Manager Des Ventes Idf H/F
CDI · PARIS
YVES SAINT LAURENT S.A.S.
Saint Laurent Juriste Commercial H/F
CDI · PARIS
YVES SAINT LAURENT S.A.S.
Saint Laurent Contrôleur de Gestion Siège H/F
CDI · PARIS
SINTEL
Chef de Produit Sénior (H/F)
CDI · NANTES
SINTEL FASHION INTERNATIONAL
HR Business Partner IT (H/F)
CDI · PARIS
MP L'OCCITANE
CDI - Chef de Projet Digital Senior Acquisition & Media - Europe, UK, us H/F - Erborian
CDI · PARIS
MAISON MATISSE
Responsable Commercial International
CDI · PARIS
CASAMANCE
Charge d'Affaires Junior Paris /Idf
CDI · PARIS
PVH CORP.
Account Manager Shoes - Tommy Hilfiger & Calvin Klein- Secteur Nord Est
CDI · PARIS
COURIR FRANCE
Chargé.e de Stocks / Stock Keeper - c.c Centre 2 - st Etienne - CDI - 35h - f/h
CDI · SAINT-ÉTIENNE
IZIPIZI
Sales Representative UK (H/F)
CDI · PARIS
IZIPIZI
Sales Representative Benelux (H/F)
CDI · PARIS
RETAIL CONSEIL
Attaché.e Commercial.e Mode Femme Sud-Est
CDI · LYON
BALENCIAGA S.A.S.
Balenciaga – Contrôleur Financier Retail Monde (f/h)
CDI · PARIS
CITY ONE
Office Manager H/F
CDI · PARIS
KARA
Gestionnaire RH (H/F)
CDI · PARIS
SMCP
Chef de Projet IT CRM H/F
CDI · PARIS
MARIONNAUD
Responsable Régional Des Ventes Idf H/F
CDI · PARIS
DIM
Chef de Produits Dim Homme Stratégique & Opérationnel (H/F)
CDI · RUEIL-MALMAISON
COURIR FRANCE
Chargé.e de Stocks / Stock Keeper - Barbes - Paris - CDI - 35h - f/h
CDI · PARIS
Publicités
Publié le
21 juil. 2011
Temps de lecture
5 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Muriel Piaser: "Bien préparer cette dernière édition de transition, et après, nous verrons !"

Publié le
21 juil. 2011

Du 3 au 6 septembre prochain, Prêt à Porter Paris et Who’s Next tiendront leurs dernières éditions avant la redistribution des cartes. L’on y spéculera certainement beaucoup sur les futures annonces de Xavier Clergerie et Bertrand Foache, responsables de WSN Développement et désormais de Prêt à Porter Paris également. Mais, dans ce contexte, à quoi ressemblera cette édition de Prêt à Porter Paris ? Muriel Piaser, directrice du salon, livre à Fashionmag.com les orientations et les problématiques qui le guideront.

Prêt A Porter Paris, Muriel Piaser
Muriel Piaser.


FashionMag.com: Tout d’abord, quel est votre sentiment à l’aube de ce dernier Prêt à Porter Paris sous sa configuration actuelle ?
Muriel Piaser: Une édition de transition, c’est forcément spécial… Nous avions déjà commencé à travailler sur septembre avant le rapprochement entre les deux salons, et même si l’on ne connaît pas encore les arbitrages finaux, nous avons vraiment tenu à ce que cette session soit plus lisible, plus soignée et mette mieux en avant les marques.

FashionMag.com: Quels sont les axes de travail que vous vous êtes fixés ?
Muriel Piaser: Le premier axe pour cette édition a été la clarification de l’offre. Les accessoires et le prêt-à-porter auront chacun leur niveau dédié désormais, pour une répartition plus cohérente de l’offre. Nous avons également retravaillé la segmentation, et notamment une meilleure mise en lumière des marques prêt-à-porter qui appartiennent au cœur de marché, et qui font l’essentiel du business aujourd’hui…

FashionMag.com: Des synergies ont-elles déjà vu le jour dans cette préparation entre les équipes de Prêt à Porter Paris et Who’s Next ?
Outre des services communs pour guider les visiteurs, la transition peut déjà se sentir dans la scénographie. Nous avions commencé à travailler la mise en scène, mais Xavier Clergerie est venu ensuite superviser le tout. Il y aura davantage d’animations, les détails ont été plus soignés cette fois-ci, et on pourra incontestablement sentir la "patte Who’s Next", plus moderne et plus dynamique.


FashionMag.com: Dans ce contexte de passage de témoin, le nombre d’exposants a-t-il souffert ?

Muriel Piaser: Non, ce nombre est stable. Ils seront environ 800, pour un total de 1300 marques présentées. C’est un chiffre qui reflète la conjoncture qui est toujours difficile. Nous sommes confrontés à un problème de renouvellement de l’offre. Il y a un phénomène de saturation car tous les salons européens bataillent autour du même vivier. C’est pour cela que nous devons être portés par nos leaders. Pour cette édition il y a un vrai effort de dynamisme et d’animation de la part de marques comme Mais il est où le Soleil, Didier Parakian, Derhy,… Certains d’entre eux ont besoin de monter en gamme, et sont donc plus prompts à faire un effort d’image dans ce type d’événement.

FashionMag.com: Le futur visage de Prêt à Porter Paris s’appuiera-t-il également sur ces marques ?
Muriel Piaser: Je pense en effet que le cœur de marché aura nécessairement une place centrale dans la stratégie à venir des salons de la Porte de Versailles. Il ne faut pas oublier que ce prêt-à-porter féminin fait la spécificité et la force historique de Paris. WSN nous a bien montré sa volonté d’entretenir cet héritage, créneau sur lequel un Bread&Butter, par exemple, n’est pas spécialisé. L’autre force de Paris, c’est de pouvoir marier la mode, avec ses fashion weeks attractives, et le business avec ses salons. Ce rapprochement c’est l’occasion de reprendre le leadership. Mais il faudra vraiment se comporter en leader, c’est ce que les professionnels attendent.

Prêt A Porter Paris, Muriel Piaser
Prêt-à-Porter Paris Janvier 2011 - Photo: Pixel Formula.


FashionMag.com: Quelles sont justement les attentes et les préoccupations dont vos exposants vous ont fait part ?
Muriel Piaser: Certains ont exprimé la peur de perdre le fil, le lien qu’ils avaient tissé avec la fédération et l’accompagnement qu’ils y trouvaient. Je pense qu’il faut maintenir une forme d’accompagnement, notamment sur l’international. Les marques ont besoin d’être épaulées pour leur développement export, cela peut être la valeur ajoutée d’un salon aujourd’hui.
Beaucoup craignent une transformation en trop gros salon et la banalisation qu’il engendrerait. La question du monopole a également été évoquée par certains. A titre personnel, j’aimerai que l’on continue à penser produits et pas seulement marques, travers dans lequel tombent parfois les très grands événements justement.

FashionMag.com: Regrettez-vous qu’un certain nombre de satellites de PAP Paris (The Train, Paris Fashion Days, Paris Fashion Showroom) aient été suspendus ?
Muriel Piaser: Il faut accepter qu’une telle transition demande une remise à plat. Mais j’espère que des déclinaisons un peu événementielles seront relancées. C’est un besoin des marques, un salon doit aussi pouvoir se poser en média de communication pour elles, y compris vers le grand public.
Mais il faut rappeler que les Paris Fashion Days avaient été créés pour occuper des dates stratégiques, à défaut malheureusement d’avoir pu déplacer l’événement tout entier en juillet. Donc si les dates des salons évoluent, le format sera nécessairement revu.

FashionMag.com: La question des dates a-t-elle été tranchée justement ?

Muriel Piaser: Non, les arbitrages n’ont pas été rendus, ils ne le seront qu’une fois les salons passés, en attendant, il n’y a aucune certitude. Maintenant il est clair que le problème est posé. Septembre ne correspond pas à la réalité du marché. Les exposants avec lesquels nous dialoguons ont un peu peur de juillet à cause des vacances notamment, mais pourquoi pas fin juin ou tout début juillet.

FashionMag.com: Enfin, qu’en est t-il des salons de deuxième session, Atmosphère’s et The Box?  
Muriel Piaser: La session qui se tiendra du 30 septembre au 3 octobre se déroulera dans les conditions prévues depuis plusieurs mois. Nous fêterons les 5 ans de The Box, même si entre temps, nous connaîtrons probablement mieux le destin de tous ces événements…

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com