×

Nike : les résultats trimestriels sont en baisse mais restent supérieurs aux attentes

Par
Les echos
Publié le
22 sept. 2006
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Comme prévu, Nike a terminé ses trois premiers mois d'exercice 2006 sur une baisse de ses bénéfices. Le leader mondial des chaussures et vêtements de sport avait prévenu que son bénéfice par action serait notamment affecté par des éléments de rémunération (stock-options).


Campagne publicitaire Nike City Motion 2006

Il peut aujourd'hui annoncer un profit net de 377,2 millions de dollars, en baisse de 13%, dégagé sur un chiffre d'affaires de 4,2 milliards (+9%°).

Ramené par action, ce bénéfice atteint 1,47 dollar, un montant inférieur au 1,61 dollar de premier trimestre 2005 mais supérieur aux attentes des analystes (1,41 dollar).

Hors éléments exceptionnels, la baisse du résultat, qui provient principalement de l'accroissement des frais de marketing liés à la Coupe du Monde de football est limitée à 3 %. Et tandis que les coûts de transports ne baissaient pas, la marge brute est passée en un an de 45,3 % à 44,1 %.

Le dynamisme de l'activité a été particulièrement notable dans les vêtements, ainsi que sur les gammes de chaussures Air Jordan et Converse. Les ventes de la firme de l'Oregon ont été également profité du partenariat établi avec Apple pour le lancement d'un kit sport dédié au iPod.

En dépit de ces débuts difficiles en termes de résultats, Nike attend une progression de son bénéfice sur l'année, réitèrant son objectif de croissance à un chiffre entre 6 % et 9 % ("high single digit").

Aux Etats-Unis, alors que Foot Locker, le premier client de l'entreprise, a publié un chiffre d'affaires décevant, des analystes ont fait part de leur inquiétude sur les perspectives de marché des chaussures de sport, suite au ralentissement de la demande observé en Grande-Bretagne et au Japon et à la vigueur d'une concurrence meilleur marché.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 Les Echos