×
Publicités
Publié le
17 févr. 2012
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Nixon: Billabong crée une joint-venture avec un fonds d'investissement

Publié le
17 févr. 2012

Hier, le cours de l’action Billabong était suspendu à la bourse australienne. A la veille de l’annonce de ses résultats semestriels, cela augurait une annonce d’envergure. La presse australienne envisageait même un rachat du géant australien des sports de glisse qui possède les marques Billabong, Element, Dakine, Nixon, Von Zipper ou encore RVCA.


La marque de montres et d'accessoires Nixon appartient maintenant à une joint-venture entre Billabong, TCP et, pour 3%, son équipe managériale - Visuels Nixon


L’annonce a bien eu lieu ce matin. Pour l’heure, le groupe n’est pas repris, malgré un cours de son action très bas. Billabong a opté pour la constitution d’une joint-venture autour de la marque de montres et d’accessoires Nixon. Le groupe s’associe au fonds d’investissement Trilantic Capital Partners qui compte des activités aux États-Unis et en Europe principalement dans les domaines de l’énergie et des sociétés de services. Les deux acteurs possèdent 48,5% de Nixon, alors que l’équipe dirigeante de la marque reprend 3%.

Cette opération valorise la marque à 464 millions de dollars US (353 millions d’euros), soit 9,2 fois l’Ebitda de Nixon sur les 12 derniers mois clos au 31 décembre. Billabong l’avait reprise pour 55 millions en 2006 et devait régler un paiement différé de près de 76 millions à la fin 2012. La transaction, qui devrait se conclure dans les trois mois, apporterait près de 285 millions de dollars de subsides à Billabong. Les fondateurs de la marque, Andy Laats et Chad DiNenna, conservent leurs rôles de PDG et de vice-président exécutif du marketing.

Bien cotée dans l’univers de la glisse (Billabong estime que 70% des détaillants surf et skate des USA la référence), la marque tend à chercher de nouveaux horizons.
"Nixon a réalisé une forte croissance depuis son acquisition par Billabong en 2006, explique Derek O’Neill, PDG de Billabong. Nixon est maintenant bien positionnée pour s’implanter en profondeur au sein des comptes comme les détaillants existants, les spécialistes des montres et les détaillants mode ainsi que chez une sélection de magasins de matériels électroniques".

De son côté, Trilantic, qui gère 3,8 milliards de dollars de participations via deux fonds d’investissement institutionnels, vise "à étendre la présence de la marque et de ses produits dans de nouveaux réseaux et sur de nouveaux marchés", selon Charlie Moore, partenaire au sein de TCP.

Si cette transaction apporte une respiration financière à Billabong, rien n’indique que les opérations sont closes pour le groupe australien. En effet, hier la presse australienne soulignait l’intérêt d’un autre fonds d’investissement nommé TGP Capital.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com